Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Recrutement des instituteurs : les recalés mécontents reçus par le Premier ministre

Recrutement des instituteurs : les recalés mécontents reçus par le Premier ministre

Paru le jeudi, 16 juillet 2020 14:25

Le gouvernement va mettre sur pied une commission de travail pour tabler sur les revendications formulées autour du programme de recrutement de 3000 enseignants à la fonction publique. L’engagement a été pris, le 15 juillet 2020, par le Premier ministre Joseph Dion Ngute (photo) lors d’une audience accordée aux leaders du Collectif des titulaires d’anciens Capiemp (certificat aptitude pédagogique des instituteurs des écoles maternelles et primaires), recalés lors de la première vague de cette opération de contractualisation des instituteurs au ministère de l’Éducation de base. Il s’agit pour l’essentiel des membres du Syndicat national des instituteurs contractuels et des maîtres des parents (Snicomp).

« Nous avons dit au Premier ministre que si nous pleurons, c’est à cause des injustices et il peut avoir réparation, en faisant une liste additive qui intégrera nos camarades qui sont frappés par la limite d’âge (41 ans) et ceux qui avoisinent cet âge-là. Nous savons qu’il ne peut avoir réparation immédiate pour les 1104 membres que compte notre collectif. Mais, nous disons qu’au moins, les dossiers de nos ainés frappés par la limite d’âge soient traités », a déclaré un responsable du collectif.

Au terme de l’échange qui a duré près de deux heures, un mémo des récriminations et des propositions formulées par le collectif a été remis au chef du gouvernement. Joseph Dion Ngute a indiqué que la commission de travail sera mise sur pied dans « de meilleurs délais ».

Sit-in

Dans la matinée les membres de ce collectif ont observé un sit-in « pacifique » devant le service du Premier ministre. Les forces de maintien de l’ordre ont également interpellé certains manifestants avant de les relâcher quelques heures plus tard. « Pour que nos camarades se lèvent, nous avons exigé la libération de ceux interpellés, ce qui a été fait », explique un leader du collectif.

Depuis plus d’un mois, le Snicomp multiplie des manifestations pour dénoncer des irrégularités et fraudes dans le processus de recrutement des instituteurs. D’après les leaders du collectif, ces listes publiées par le ministre de l’Éducation de base font la part belle aux candidats dont l’âge oscille entre 21 et 30 ans. De plus, alors que l’ancienneté du diplôme fait partie des critères de sélection, le Snicomp s’insurge contre le non-recrutement des Capiemp obtenus entre 2009 et 2011 dont l’âge des titulaires est tellement proche de 40 ans, demande réparation.

BE

Dernière modification le jeudi, 16 juillet 2020 14:27

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.