Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Décentralisation : sollicitée par le Cameroun pour accompagner le processus, la France dénonce « l’inertie »

Décentralisation : sollicitée par le Cameroun pour accompagner le processus, la France dénonce « l’inertie »

Paru le vendredi, 16 juillet 2021 12:56

L’ambassadeur de France, Christophe Guilhou, et le ministre de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel), Georges Elanga Obam, ont fait le point de la coopération sur la décentralisation entre le Cameroun et la France le 12 juillet 2021. A cette occasion, rapporte le quotidien gouvernemental Cameroon tribune édition du 14 juillet, tout en admettant que la décentralisation est une réforme complexe, le diplomate français note que le processus « se heurte à des résistances et à l’inertie administrative et politique », sans en dire plus.

Selon le Minddevel, la France a été sollicitée par le président de la République, Paul Biya, pour accompagner le processus au cours de la visite au Cameroun du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, en octobre 2019. Pour impulser une nouvelle dynamique, Paris s’est alors engagée à accompagner le Cameroun. Son soutient porte sur différents domaines. Christophe Guilhou liste les relations entre élus, les finances, la gestion administrative, le statut des employés et l’accompagnement de la National School of Local Administration (NASLA) qui forme le personnel des collectivités territoriales décentralisées, à la gestion administrative, l’élaboration des statuts des personnels des collectivités territoriales décentralisées (CTD).

C’est que, pour le président de la République, la décentralisation apparait comme une réponse aux velléités sécessionnistes à l’origine de la crise sociopolitique qui déchire les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis 5 ans. Dans cette optique, le Grand dialogue national a été organisé en 2019 a recommandé un approfondissement du processus, marqué entre autres par l’instauration d’un statut particulier pour les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et l’entrée en fonction de la région, dernière CTD prévue par la Constitution de 1996 qui consacre le Cameroun comme État unitaire décentralisé. Ces recommandations sont en cours d’implémentation.

Dominique Mbassi

Lire aussi :

Régions anglophones : Paul Biya nomme les premiers médiateurs publics

Décentralisation : les Conseils régionaux tiennent leurs premières sessions ordinaires

Dernière modification le vendredi, 16 juillet 2021 12:59

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.