Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Maintien de l’ordre public : le gouvernement réitère sa fermeté

Maintien de l’ordre public : le gouvernement réitère sa fermeté

Paru le mercredi, 16 septembre 2020 12:46

Le gouvernement montre les muscles face aux velléités insurrectionnelles du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Le parti de Maurice Kamto, qui ne cache pas son intention de renverser le président Paul Biya, s’active à organiser un soulèvement populaire le 22 septembre prochain pour contester la tenue des élections des conseillers régionaux convoquées pour le 6 décembre 2020.

Après les ultimatums du ministre de l’Administration territoriale (Minat), une énième mise en garde du gouvernement vient d’être faite à Maurice Kamto et à ses soutiens impliqués dans l’organisation de ces manifestations controversées.

« Le gouvernement de République rappelle que ces faits sont prévus et réprimés par le Code pénal et les dispositions pertinentes de la loi du 24 décembre 2014 portant répression des actes de terrorisme », écrit le le ministre de la Communication (Mincom) et non moins et porte-parole du gouvernement.

Selon ce membre du gouvernement, « aucune manifestation ne saurait être considérée comme pacifique lorsque le but déclaré en est lancement d’un mouvement insurrectionnel et le renversement d’institutions républicaines démocratiquement élues », ajoute René Emmanuel Sadi (photo).

Pour faire échec à ce projet, le gouvernement a pris ses dispositions. « Les forces de sécurité prendront à cet égard toutes les mesures nécessaires pour assurer fermement le maintien de l’ordre public et de la paix sociale », informe le Mincom. Et de prévenir : « tous ceux qui s’associent à un tel projet devront s’attendre à en répondre devant les instances judiciaires compétentes ».

Dans les régions du Centre, de l’Ouest et du Littoral, les gouverneurs ont pris des arrêtés portant interdiction des réunions et manifestations publiques non déclarées.

Lundi dernier, le ministre de l’Administration territoriale a instruit à ces autorités administratives de mettre les militants du MRC et les autres acteurs actifs dans le cadre des manifestations du 22 septembre prochain, sous surveillance.

Le message de Paul Atanga Nji invite par ailleurs les patrons de ces trois régions à procéder à des gardes à vue administratives contre les personnes qui lancent le mot d’ordre de manifestation par écrit, via les médias audiovisuels ou sur les réseaux sociaux.

BE

Lire aussi:

Appel à l’insurrection : Atanga Nji déploie son « rouleau compresseur » contre le MRC

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.