Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Commune d'Eseka: des Conseillers municipaux retirent leur confiance au Maire

Commune d'Eseka: des Conseillers municipaux retirent leur confiance au Maire

Paru le mercredi, 17 mars 2021 12:25

Depuis décembre 2020, une tentative de destitution a été prononcée contre le Maire de la Commune d’Eseka. Dans cet esprit, le 16 mars 2021 une correspondance visant sa destitution a été adressée au préfet. La décision de l’autorité administrative à ce sujet est attendue d’ici 19 mars.

13 Conseillers municipaux de la commune d’Eseka ont adressé hier 16 mars une invitation au Préfet du Nyong et Kellé, Peter Tieh Nde. En substance de la correspondance, les élus locaux invitent l’autorité administrative à une session extraordinaire du Conseil dont l’objet porte sur le « retrait de la confiance au chef de l’exécutif communal d’Eseka ».

Officiellement, aucune raison n’a été donnée pour expliquer cette tentative de destitution. D’après une source introduite à la commune, il est reproché au Maire, Sylvain Tjock des fautes managériales « il n’écoute personne, prend des décisions sans consulter les autres et n’arrête pas de se vanter de son séjour aux USA ».

Une tentative de destitution contre le Maire d'Eseka avait déjà été présentée le 15 décembre dernier lors de l’adoption du budget de la commune. A cette date, il avait été donné, conformément à la réglementation, un délai allant jusqu’au 15 mars 2021 pour arranger les choses, faute de quoi les Conseillers pouvaient convoquer une session extraordinaire pour destituer le Maire.

De son côté, le Préfet a saisi le Maire PCRN (Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale) pour s’enquérir de la situation. La réponse de ce dernier est attendue ce jour. Après quoi le Préfet pourra répondre à la correspondance des conseillers municipaux. L’arbitrage du préfet très attendu devrait se faire d’ici le 19, date de la session.

Alors que tout s’achemine vers la destitution du Maire, notre source nous fait savoir qu’il reste une issue de sortie. « L’issue de sortie ici c’est que le Préfet soutient le Maire en mettant en cause le nombre des Conseillers qui ont initié la motion. La loi demande que la motion soit portée par les 2/3 des 25 Conseillers communaux. Dans l’absolu, à 13 Conseillers on est déjà dans le deuxième du tiers et c’est suffisant pour valider la demande. Sauf qu’une autre interprétation mathématique pourrait exiger qu’il ait 17 personnes, ça fait là un motif de rejet », a-t-il expliqué.

Vanessa Ngono Atangana

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.