Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Législatives partielles : Elecam procède aux ultimes réglages et appelle les candidats au civisme

Législatives partielles : Elecam procède aux ultimes réglages et appelle les candidats au civisme

Paru le mercredi, 18 mars 2020 14:16

Le Conseil électoral d’Election Cameroon, la structure en charge de l’organisation et de la gestion matérielles des consultations électorales et référendaires au Cameroun, s’est réuni en session de plein droit ce 17 mars 2020. Ces assises, organisées au siège d’Elecam à Yaoundé, ont permis aux membres de cet organe de faire un point « exhaustif » du niveau de préparation du scrutin législatif partiel prévu le 22 mars prochain dans 11 circonscriptions des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Il était question de « procéder aux ultimes réglages pour rester dans les délais », a déclaré le président du Conseil électoral, Enow Abrams Egbe. Compte tenu du climat d’insécurité qui prévaut dans ces deux régions, le président du Conseil électoral a invité ses pairs à mettre un accent particulier sur les défis sécuritaires, « en vue d’assurer de manière optimale, la sécurité des citoyens impliqués dans ces élections ».

Selon l’exposé du directeur général des Elections, Erik Essousse, le matériel et les documents électoraux ont déjà été acheminés dans ces circonscriptions où le vote a été annulé le 25 février dernier par le Conseil constitutionnel, la plus haute juridiction du Cameroun.

Selon Enow Abrams Egbe, les acteurs électoraux doivent faire preuve de sursaut patriotique « pour éviter tout échec ». Pour lui, cette période de rivalité politique qui s’accompagne de séduction et de marketing politique doit avoir pour seule ambition, d’« apporter une plus-value à la qualité de vie de nos populations ».

Pour la crédibilité du scrutin qui se déroulera dans les localités de Menchum-nord et sud, Mezam-sud, centre et nord ; Bui-centre, ouest et sud, Momo-est, et le Lebialem, le Conseil électoral proscrit toute initiative de fraude. D’où l’exhortation de toutes les parties prenantes à faire preuve de sagesse et de civisme, c’est-à-dire à « œuvrer pour la sauvegarde de la paix, de la cohésion sociale et de l’unité nationale ».

Pour ces élections six partis politiques iront à la conquête des 13 sièges de députés. Ils viendront compléter l’effectif de la chambre basse du Parlement à 180 députés élus pour le compte de la 10e législature.

La bataille s’annonce rude entre le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir qui compte déjà 139 députés à l’Assemblée nationale et le Social Democratic Front (SDF), le parti politique de l’opposition le mieux représenté au Parlement lors de la dernière législature.

Après les cinq postes de députés obtenus au terme du scrutin du 9 février dernier, le SDF espère remporter au moins dix autres pour pouvoir former un deuxième groupe parlementaire à l’Assemblée nationale.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.