Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Etoudi préoccupé par la désinformation autour du Covid-19

Etoudi préoccupé par la désinformation autour du Covid-19

Paru le lundi, 18 mai 2020 12:48

Dans une correspondance datée du 2 avril 2020, le directeur du cabinet civil du président de la République (DCC), Samuel Mvondo Ayolo, constate, depuis l’irruption du coronavirus au Cameroun, « une augmentation exponentielle des faux comptes des institutions et des personnalités dans les réseaux sociaux ».

Surtout sur Facebook et Twitter, « la désinformation sur la gestion de la pandémie au Cameroun et sur l’image du pays se fait davantage en ligne », regrette celui qui est chargé de la communication du président de la République.

Jamais à court d’idées, ces esprits malveillants ont par exemple, il y a tout juste quelques jours, créé un conditionnement à la thérapie trouvée par Mgr Samuel Kleda, archevêque métropolitain de Douala, contre le Covid-19. Kledavid est le faux nom de baptême attribué par les adeptes des fake news à ce produit. 

Face à la montée en puissance des fake news, le DCC demande au directeur général de l’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (Antic), Ebot Ebot Enaw, « de bien vouloir nous communiquer dans les 24 heures l’ensemble des mesures et actions de cybersécurité et de communication mises en œuvre par l’Antic pour réduire l’impact de ce phénomène ».

En outre, Samuel Mvondo Ayolo prescrit au DG de l’Antic de communiquer « à l’intention du grand public, dans les plus brefs délais, dans les médias classiques et numériques, sur les dispositions légales en matière de cybersécurité et cybercriminalité ». Ebot Ebot Enaw devra aussi « traquer, avec le concours des autorités compétentes, l’ensemble des usurpateurs d’identité dans les réseaux sociaux, les propagateurs de fake news préalablement identifiés ».

C’est sans doute en réaction que le DG de l’Antic a publié une tribune dans le quotidien gouvernemental Cameroon tribune du 14 mai. Dans celle-ci, il expose les modes opératoires des auteurs des fake news, leurs motivations, les actions menées par l’Antic pour contrer cette activité illicite et les peines encourues par ses auteurs. À ces derniers, Ebot Ebot Enaw rappelle que la création et la diffusion d’un fake new constituent un crime puni par la loi.

D.M.

Dernière modification le lundi, 18 mai 2020 12:51

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.