Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : le pasteur contredit la version de l’armée sur la mort par balle d’une fidèle dans son église

Crise anglophone : le pasteur contredit la version de l’armée sur la mort par balle d’une fidèle dans son église

Paru le lundi, 18 octobre 2021 17:47

Le révérend Voma Simon Montoh, modérateur de la Presbyterian Church in Cameroon (PCC) de Ntanfoang-Bali dans la région du Nord-Ouest, n’est pas passé par quatre chemins pour rendre l’armée responsable du drame qui s’est déroulé dans son église le dimanche 22 aout dernier. Ce jour-là, des coups de feu tiré alors qu’il officiait l’ont blessé à la main et ont touché mortellement une fidèle.

Hier, dimanche 17 octobre, le pasteur est revenu sur ce drame et a déclaré que c’est l’armée qui avait tiré. « Ma santé s’est détériorée après avoir été atteint par des tirs de l’armée », a déclaré le pasteur en plein office comme on peut le voir sur un vidéo en circulation sur les réseaux sociaux. Il ajoute également que c’est après avoir été touché qu’une fidèle a été tuée « par les mêmes militaires ».

Le révérend Voma Simon Montoh rapporte également que pendant qu’il était transporté à l’hôpital, il a insisté pour parler aux militaires qui ont promis de mettre un véhicule à sa disposition. Une sortie qui en rajoute à la confusion sur ce qui s’est vraiment passé ce jour-là.

Il faut dire que, deux jours après les tirs sur l’église, le chef de la division de la communication du ministère de la Défense avait plutôt accusé les séparatistes d’être responsables de ces tirs. D’après le capitaine de vaisseau Cyrille Atonfack, les deux victimes de l’attaque « ont été touchées par des plombs et chevrotines, munitions artisanales produites clandestinement par les terroristes ». C’est ce que relevaient selon lui les « premières constatations balistiques ».

L’armée rapportait alors qu’elle avait pris en chasse des miliciens indépendantistes qui « se sont réfugiés en plusieurs groupes, dans l’église et les bâtiments de la place avant d’ouvrir un feu nourri et confus depuis leurs différents refuges ». Une version déjà contestée en son temps par des témoins du drame.

L.A.

Lire aussi :

Crise anglophone : une fidèle tuée et un pasteur blessé par balle au cours d’un office religieux

Nord-Ouest : accusée d’avoir tiré sur une église et fait des victimes, l’armée pointe les séparatistes

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.