Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Sécurité : 120 ingénieurs intègrent les rangs de l’Armée de l’air

Sécurité : 120 ingénieurs intègrent les rangs de l’Armée de l’air

Paru le jeudi, 19 mars 2020 15:17

Au Cameroun, 120 sous-officiers spécialisés en aéronautique viennent de rejoindre les rangs de l’armée de l’air. Ces techniciens d’avions ont reçu leurs parchemins au terme d’une formation militaire le 13 mars dernier à la base aérienne 301 de Garoua, dans la région du Nord.

La cérémonie marquait la dernière étape d’un parcours débuté en 2014 à la prestigieuse école d’aéronautique Denel Technical Academy en Afrique du Sud. « En plus d’être des ingénieurs qualifiés, ils sont désormais des militaires. Ils vont nous permettre d’améliorer les performances des avions de l’armée de l’air », a déclaré le général de brigade aérienne Jean Calvin Momha, chef d’état-major de l’Armée de l’air. Selon lui ces nouveaux gradés seront déployés dans les diverses bases aériennes que compte le pays.

La nouvelle cuvée est composée de plusieurs spécialités. « Nous avons été formés sur l’entretien des moteurs à explosions et turbomoteurs, les systèmes hydrauliques et pneumatiques, la maintenance des équipements de bord, les systèmes de radiocommunication, la navigation et commande de vol, les travaux de structure, de chaudronnerie, d’alimentation électrique d’avion et des infrastructures au sol, la maîtrise et l’équipement de l’armement », a expliqué Rosine Amombo Meto, major de cette promotion.

Présentée comme l’une des plus importantes composantes des Forces de défenses camerounaises, l’Armée de l’air voit le jour au lendemain de l’indépendance de 1960. Efficace dans les airs, elle procède par des interventions par hélicoptères et autres avions de chasse face à l’ennemi. Elle dispose d’une trentaine d’aéronefs et opère à partir des bases aériennes de Garoua, Douala et Yaoundé, pour effectuer « des vols réguliers pour assurer la sécurité du Cameroun. Par ailleurs, l’armée de l’air intervient dans le cadre des évacuations sanitaires rapides des militaires blessés en situation de guerre », explique-t-on au ministère de la Défense.

BE

Dernière modification le jeudi, 19 mars 2020 16:54

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.