Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Hommages et éloges pour le « Commandant Kissamba », mort à 84 ans

Hommages et éloges pour le « Commandant Kissamba », mort à 84 ans

Paru le lundi, 19 octobre 2020 17:24

René Jacques Ngou'o Woungly-Massaga s’en est allé. La grande figure de lutte nationaliste de l’Union des populations du Cameroun (UPC) est décédée ce samedi 17 octobre 2020 à Yaoundé de suite de maladie.

L’octogénaire souffrait de diabète. « Il a fait une nouvelle rechute il y a de cela trois jours. Nous l’avons conduit samedi matin dans une clinique de la place. À 11h30, il nous dit qu’il se sent très fatigué. C’est alors qu’il entre dans le coma quelques minutes plus tard avant de rendre l’âme », témoigne Thierry Marcel Massaga, son neveu. Son corps a été transféré à la morgue de l’Hôpital général de Yaoundé. Il avait 84 ans.

Hommages

De nombreuses personnalités de la scène publique camerounaise ont tenu à rendre hommage à l’illustre disparu. « Je suis attristé par sa mort parce qu’il aura eu une vie inachevée. L’homme d’action qu’il a été est mort sans clairon ni tambours. Il a été victime de beaucoup de trahison, il n’y a que l’histoire qui rendra compte de la valeur de cet homme. Il a consacré toute sa vie à la lutte pour les libertés, avec la grande formation universitaire qu’il avait, avec tout le savoir-faire qu’il avait », a commenté l’ancien bâtonnier, Yondo Black.

Dans son témoignage, Pierre Baleguel Nkot, secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun, affirme que « Woungly Massaga a marqué l’Afrique tout entière. Il a cru à l’émancipation de ce continent noir qu’il affectionnait tant ».

Dans une publication postée sur le réseau social Facebook, Serge Espoir Matomba qualifie de « monumentale » l’œuvre laissée par ce nationaliste camerounais qui intègre l’UPC dans les années 60.

Après l’assassinat d’Ernest Ouandié, c’est Woungly Massaga qui reprend l’UPC en main. « C’est ce travail fastidieux que Woungly Massaga a fait avec courage, abnégation et don de soi qui a su donner à l’UPC une nouvelle vie », explique Anicet Ekane, président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), fondé par ses soins en 1972. Cette initiative a d’ailleurs permis de former de futurs leaders de l’UPC.

Commandant Kissamba

Même affaibli par cette maladie qui l’a rongé durant de longues années, Woungly Massaga avait gardé sa verve politique. Son dernier sursaut étant son ralliement au Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) en 2017. L’aventure du commandant Kissamba aux côtés de Maurice Kamto fait long feu.

Titulaire d’un doctorat en mathématiques de l’université de la Sorbonne, Woungly Massaga a été conseiller du président ghanéen Kwame Nkrumah en 1961 et du tout premier président de la République populaire d’Angola, António Agostinho Neto Kilamba, en 1975. Connu sous le nom de « Commandant Kissamba », il a également été un collaborateur confidentiel du groupe d’Ibrahim Abacha pour la lutte armée au Tchad ; collaborateur des conseillers du président Massamba-Débat, et des syndicats du Congo.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.