Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Hémodialyse : une commande de 15 000 kits pour juguler la pénurie

Hémodialyse : une commande de 15 000 kits pour juguler la pénurie

Paru le samedi, 19 décembre 2020 08:38

 

Le Gouvernement du Cameroun vient de commander 15 000 kits d’hémodialyse. Selon le ministre de la Santé publique, ces kits seront livrés dans « les prochains jours » dans les différents centres de prise en charge des personnes souffrant d’insuffisance rénale.

La cargaison permettra de mettre fin aux ruptures de stock auxquelles le pays fait face depuis plusieurs mois. « Dans les six prochains mois, on n’aura pas de problème de rupture. Si jamais on a un financement, nous allons tout faire pour en commander avant que le premier lot ne finisse », déclare Manaouda Malachie dans une interview accordée à nos confrères de Cameroon Tribune.

Vers une production locale ?

Dans la même lancée, le gouvernement s’est également lancé sur la piste d’une filière locale de fabrication des intrants et matériels nécessaires aux séances d’hémodialyse. « A terme, nous souhaitons que certains éléments des kits soient fabriqués au pays. Nous sommes en train de travailler avec certains opérateurs sur cette question », rassure le Minsanté.

Le manque de kits de dialyse se fait sentir dans plusieurs formations sanitaires du pays depuis plusieurs mois. Cette situation mettant la vie des personnes souffrant d’insuffisance rénale en danger a été récemment enregistrée dans les villes de Bertoua, région de l’Est et à Maroua dans l’Extrême-Nord. Avant ces deux localités, c’est au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé que les cris de détresse de ces patients ont souvent été entendus.

Démocratisation des soins

L’hémodialyse est la méthode de prise en charge la plus répandue au Cameroun en matière d’insuffisance rénale. Plus de 90 % des patients dialysés le sont par cette méthode, renseigne-t-on au Minsanté.

Pour démocratiser ce traitement, le chef de l’Etat a instruit la création des centres d’hémodialyse dans tous les hôpitaux régionaux du pays depuis 2011. L’engagement de l’Etat a par ailleurs permis de réduire les coûts de ce traitement qui sont passés de 250 000 FCFA à 5000 FCFA déboursés à ce jour par séance et par malade.

Toutefois, l’hémodialyse présente de nombreux désavantages chez les patients. Elle implique leur déplacement dans un centre de dialyse qui n’est pas forcément à proximité de leurs domiciles, ce qui induit des charges supplémentaires au malade et aux familles. L’instabilité cardiovasculaire durant les séances d’hémodialyse constitue un problème chez les patients âgés même si les progrès des techniques d’hémodialyse permettent aujourd’hui de bien diminuer cette complication.

Transplantation

Pour le ministre de la Santé, la solution la plus efficace est la transplantation d’organes. « C’est la seule chose qui peut permettre aux patients de retrouver une vie normale, sans séances de dialyse », explique Manaouda Malachie. Mais au stade actuel, la greffe du rein n’est pas légale au Cameroun. Pour changer la donne, le ministère de la Santé est à pied d’œuvre pour élaborer un projet de loi pour légaliser la pratique de la greffe des organes. « Nous allons accélérer le processus afin qu’il soit très rapidement présenté au gouvernement », promet Manaouda Malachie.

Baudouin Enama

Lire aussi:

Bertoua : le centre régional d’hémodialyse à l’arrêt depuis 5 mois

Hôpital régional de Bertoua : une quinzaine de morts suite à l’arrêt du centre d’hémodialyse

Insuffisance rénale : pas de mort dans les centres d’hémodialyse de Bertoua et de Maroua (gouvernement)

Dernière modification le samedi, 19 décembre 2020 08:42

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.