Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Près de 1000 détenus libérés à Yaoundé et Douala

Près de 1000 détenus libérés à Yaoundé et Douala

Paru le mardi, 21 avril 2020 17:08

A la faveur de la décision portant commutation et remise de peine, 963 détenus sont déjà sortis des prisons. Il s’agit principalement des personnes condamnées à des peines définitives qui étaient en détention dans les prisons de Yaoundé et Douala, les deux plus grandes villes du pays.

Pour le cas de Yaoundé, 355 détenus ont été libérés par les prisons centrale et principale de Kondengui. Selon Jean Fils Ntamack, le procureur général près la Cour d’appel du Centre, les libérations se font dans le respect des mesures barrières édictées par le gouvernement, notamment la distanciation sociale visant à barrer la route au Covid-19. « C’est d’ailleurs pour cela que ces détenus bénéficiaires sont libérés par vague de 100 personnes », a-t-il confié au journal gouvernemental de Cameroon Tribune.

C’est le 17 avril dernier que les 55 premiers détenus ont été libérés de cette maison d’arrêt considérée comme la plus importante du point de vue du nombre de la population carcérale. Après cette vague, 300 prisonniers sont sortis des prisons centrale et principale de Yaoundé entre le 18 et le 20 avril.

Le parquet général près la Cour d’appel du Centre indique qu’en plus de ceux qui recouvrent déjà la liberté, « de nombreux autres détenus bénéficient des effets du décret présidentiel, avec notamment des réductions de leurs peines ».

2 385 prisonniers en attente de jugement à Douala

Du côté de Douala, les premiers bénéficiaires du décret présidentiel ont également retrouvé la liberté. En effet, 608 détenus ont été libérés de la prison de New-Bell lors d’une cérémonie présidée par le délégué régional de l’administration pénitentiaire, Wantoh Francis Teih.

Selon l’administrateur de la prison, Thierry Joël Pambou Fopa, un total de 770 détenus ont bénéficié de la remise des peines, mais 608 ont été libérés. Les 162 restants sont ceux qui, après la réduction de leur peine, ont encore du temps à purger et seront libérés par la suite lorsque leur peine arrivera à échéance.

La décision présidentielle a réduit la population carcérale de la prison centrale de New Bell de 3 473 à 2 865 détenus. Parmi eux, 480 personnes sont déjà condamnées et 2 385 attendent d’être jugées.

La libération de certains détenus dans les 91 prisons du Cameroun a été décidée en vue de désengorger ces maisons d’arrêt en « surpopulation », selon la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés du Cameroun (CNDHL). Cette mesure fait partie de la riposte des autorités contre la pandémie Coronavirus qui sévit dans le pays depuis le 6 mars dernier.

Lire aussi:

17-04-2020- Près de 58% des prisonniers exclus du bénéfice de la grâce présidentielle

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.