Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Malgré la réhabilitation de Beleguel Nkot, Bapooh Lipot se considère toujours comme le dirigeant légal de l’UPC

Malgré la réhabilitation de Beleguel Nkot, Bapooh Lipot se considère toujours comme le dirigeant légal de l’UPC

Paru le mardi, 21 juillet 2020 14:45

Après la décision rendue le par le tribunal administratif, laquelle réhabilite le Pierre Baleguel Nkot au poste de secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (UPC), Robert Bapooh Lipot (photo) ne lâche pas du lest. Dans une tribune commise pour la circonstance, l’ex député se présente à nouveau comme le secrétaire général de ce parti fondé le 10 avril 1948 par un groupe de nationalistes camerounais.

« Le 30 septembre 2012, au Palais de Congrès de Yaoundé, J'ai été élu secrétaire général de l'Union des populations du Cameroun dans un congrès statutaire dont la légalité et la légitimité n'ont jamais été contestées. À ce titre, j'assumerai toujours mes fonctions jusqu'à ce que les militantes et militants de l'UPC dans un autre congrès statutaire et légal, me retirent cette confiance », insiste Robert Bapooh Lipot.

De son point de vue, la tendance dirigée par le Pierre Beleguel Nkot est faite de « dissidents » qui s’opposent à « l'héritage politique d'Augustin Frédéric Kodock qu’ [il] assume fidèlement », s’attellent « à tromper la justice », dénonce celui qui vient d’être porté à la tête du conseil d’administration de la Société camerounaise de recouvrement (SRC).

Il annonce d’ailleurs la tenue du prochain congrès statutaire et légal de l'UPC en 2021. « Permettez-moi d'ailleurs, d'inviter ces dissidents à venir prendre légalement et légitimement ma place lors du prochain congrès légal et statutaire de l'UPC qui se tiendra en 2021. En attendant, je demande aux militants et sympathisants de l'UPC de redoubler de vigilance et de fermeté ».

Pour rappel l’UPC est secoué par une crise de leadership depuis plusieurs années. Cette situation s’est davantage détériorée à la veille de la dernière élection présidentielle d’octobre 2018. Parti historique dont l'action a été déterminante dans l’accession du Cameroun à l’indépendance, l’UPC n'est plus que l’ombre de lui-même. Tiraillé entre trois personnalités (Robert Bapooh Lipot, Habiba Issa, Pierre Baleguel Nkot) qui se discutent le lead, l’UPC n'a pas pu participer aux élections législatives et municipales de février dernier.

BE

Lire aussi:

Partis politiques : Atanga Nji battu pour la deuxième fois au tribunal

Dernière modification le mardi, 21 juillet 2020 16:16

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.