Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Diplomatie : l’ambassadeur Hamidou Komidor Njimoluh quitte Brazzaville pour Alger

Diplomatie : l’ambassadeur Hamidou Komidor Njimoluh quitte Brazzaville pour Alger

Paru le vendredi, 21 août 2020 17:16

C’est désormais à Alger, la capitale de la République d’Algérie que Dr Hamidou Komidor Njimoluh (72 ans) va représenter le Cameroun. Ambassadeur du Cameroun au Congo depuis 2008, le diplomate vient d’être désigné au poste d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Cameroun auprès de la République algérienne démocratique et populaire.

Le décret portant nomination de ce haut-commis de l’Etat a été signé mercredi 19 août dernier par le président Paul Biya. « Le chef de l’Etat me renouvelle sa confiance. Je suis l’un des hommes les plus heureux au monde. Je manque de mots pour lui exprimer ma gratitude.», a-t-il réagi sur les colonnes du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune.

Parcours

Titulaire de deux doctorats d’Etat en science politique et en relations internationale, Hamidou Komidor Njimoluh est une figure bien connue de la diplomatie camerounaise. Avant d’officier au Congo, il a travaillé comme ministre conseiller à Pékin de 1997 à 2006. Il aura également servi le chef de l’Etat, Paul Biya, en qualité de conseiller diplomatique entre 1990 et 1995. L’ancien directeur des Affaires d’Europe, d’Amérique et d’Océanie au ministère des Relations extérieures dans les années 1990 est également passé par l’ambassade du Cameroun en Arabie saoudite comme premier conseiller. Consul général à Paris (1984- 1986), l’ambassadeur Komidor a par ailleurs été conseiller près l’ambassade du Cameroun à Paris, puis chargé d’Affaires à l’Unesco.

Témoins de l’histoire

Sur le plan politique, ce petit-fils du roi Njoya, est présenté comme l’un des soutiens de la première heure du Renouveau et un témoin privilégié de la naissance du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (RDPC), le parti au pouvoir sorti des fonds baptismaux en 1985 au congrès de Bamenda.

Pour la petite histoire, Alors qu’une résolution du Congrès en cours à Bamenda avait annoncé comme nom du parti naissant le Rassemblement du Peuple Camerounais (RPC), c’est une note de ce jeune diplomate qui débouchera au changement de ce nom en y ajoutant l’adjectif « Démocratique ».

« J’étais alors Consul Général à Paris et ce nom de parti avait déjà été enregistré dans mes services comme nom d’un mouvement créé à l’époque par un Camerounais émigré en France. Je pris sur moi de faire une note à ce sujet que je remis à l’Ambassadeur Jacques-Roger Booh Booh et au ministre Mataga, pour attirer l’attention de la Très Haute Hiérarchie. La suite nous donna raison et le Président Paul Biya décida de nommer son parti le RDPC et non le RPC », explique celui qui était en charge des délégations françaises aux assises de Bamenda. Il s’agissait de la délégation du parti socialiste conduite par Geneviève Chiche-Domenach et la délégation du RPR conduite par un certain Alain Juppé.

Baudouin Enama

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.