Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Régionales 2020 : l’UNDP boycotte le scrutin dans le Mayo Rey

Régionales 2020 : l’UNDP boycotte le scrutin dans le Mayo Rey

Paru le lundi, 21 septembre 2020 14:05

L’Union nationale pour la démocratie et le progrès (UNDP) ne participera pas aux élections des conseillers régionaux prévues le 6 décembre prochain dans le Mayo-Rey. Cette décision, officialisée vendredi dernier, est celle de la fédération des sections de l’UNDP dans ce département de la région du Nord. C’est en tout cas ce qui ressort d’une déclaration écrite et signée par les responsables des sections de Madingring, Rey-Bouba, Tcholliré et Touboro.

Célestin Yandal, le président de cette confédération justifie ce boycott par « les multiples frustrations et injustices » que subissent les populations dans le Mayo-Rey. Il dénonce en premier ressort les irrégularités observées dans la désignation des chefferies traditionnelles qui constituent pourtant une partie de l’électorat pour le compte des régionales.

Le patron départemental de l’UNDP pour le Mayo-Rey fait valoir que « les arrondissements de Tcholliré, Madingring et Touboro, malgré leurs étendus et leurs populations sont injustement privés des chefferies de premier et de deuxième degrés ». Pis, « la petite poignée des chefs de troisième degré existante ont été désignés sur la base de leur soumission à la dynastie de Rey-Bouba ».

Alors que l’arrêté du 4 juillet 2007 limite le territoire de commandement de la chefferie de Rey Bouba au seul arrondissement de Rey Bouba, le Lamido de Rey Bouba, Sa Majesté Aboubakary Abdoulaye, est accusé d’entretenir « délibérément » l’opacité et de garder la mainmise sur la désignation et la gestion des chefs traditionnels.

Vieilles querelles

Dans cette sortie, les militants de l’UNDP n’épargnent pas les autorités administratives qu’ils soupçonnent de complicité. Ils déplorent notamment « les multiples dénonciations à ce sujet restées sans aucune moindre réaction des pouvoirs publics, le silence complice des pouvoirs publics face à leurs revendications… »

À la réalité, cette affaire remet au goût du jour, les vives tensions qui existent entre le Lamido de Rey Bouba, qui ne cache pas son appartenance au RDPC, et les autres chefs traditionnels du département.

La décision de la confédération de l’UNDP dans le Mayo-Rey prend le contrepied de la hiérarchie de ce parti allié du RDPC. Selon une circulaire signée par son président national, Bello Bouba Maïgari, ministre d’État en charge du portefeuille du Tourisme et des loisirs, cette formation politique sera en course dans quatre régions (Adamaoua, Nord, Extrême-Nord et Est).

Dans le Mayo-Rey, l’UNDP est bien implantée à Touboro où elle contrôle l’exécutif municipal. En revanche le parti de Bello Bouba Maïgari rayonne moins à Madingring, à Tcholliré et à Rey-Bouba, trois communes tombées dans l’escarcelle du RDPC aux dernières élections municipales.

BE

Dernière modification le lundi, 21 septembre 2020 14:11

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.