Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Une altercation entre la députée Nourane Fotsing et des policiers à Bafoussam divise l’opinion

Une altercation entre la députée Nourane Fotsing et des policiers à Bafoussam divise l’opinion

Paru le jeudi, 22 juillet 2021 11:35

Plusieurs jours après, l’altercation entre des éléments de la police nationale et la députée Nourane Fotsing à Bafoussam continue de diviser l’opinion. Dans un communiqué de presse signé le 21 juillet, le gouverneur de la région de l’Ouest est revenu sur cet incident.

Selon le gouverneur Awa Fonka Augustine, Nourane Fotsing a refusé d’emprunter une voie de contournement proposée par la police pour cause de célébration de la fête de la Tabaski sur l’axe qui relie Bafoussam à la ville de Foumban où se rendait l’élue. « (…) Et face à son insistance à vouloir passer par la route occupée par la célébration, des échanges réciproques et discourtois ainsi que des réactions diverses de fidèles musulmans indignés et en furie contre Madame la députée », le gouverneur a dépêché le sous-préfet de Bafoussam II pour calmer les parties et les populations, apprend-on du communiqué.

Les vidéos des échanges musclés entre des éléments de la police nationale et la députée Nourane à Bafoussam nourrissent le débat depuis la journée du 20 juillet. Les uns décriant l’attitude de l’élue du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), les autres fustigeant la réaction des policiers.

« Dans la vidéo mettant en scène la députée du PRCN et quelques éléments de forces de maintien de l’ordre, la première personne à user de violence est malheureusement celle qu’on veut présenter comme une victime. Elle a bousculé deux policiers et c’est là où les échauffourées ont commencé », estime l’avocat Éric Marcial Tcheuko.

Après avoir apporté son soutien à la police, le député Gerard Ngala, élu RDPC du Nord-Ouest, a condamné les « dérives de certains fonctionnaires qui donnent en même temps une image sale de (notre) police ». Et d’ajouter : « les violences infligées à l’honorable Nourane Fotsing par un policier aujourd’hui sont inconcevables. Il ne faut pas faire cela à une femme et en plus une députée de la nation ».

Il a été suivi dans cette condamnation par Peter William Mandio, autre élu du RDPC. Ce dernier s’est dit « choqué par le traitement humiliant, dégradant et moyenâgeux que certains policiers en service à Bafoussam ont joyeusement réservé à la députée Nourane Fotsing ».

L.A.

Dernière modification le jeudi, 22 juillet 2021 11:36

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.