Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’ex-maire de Yokadouma, soupçonné de détournement de deniers publics, emprisonné à Yaoundé

L’ex-maire de Yokadouma, soupçonné de détournement de deniers publics, emprisonné à Yaoundé

Paru le mardi, 23 mars 2021 11:34

Richard Gaston Metindi Sassabeno, maire de la commune de Yokadouma (2013-2020), séjourne depuis le 19 mars 2021 à la prison centrale de Yaoundé à 630 km de cette ville forestière située à 300 km de Bertoua, la capitale régionale de l’Est.

Le procureur général près le tribunal criminel spécial (TCS), juridiction spéciale instruisant les affaires d’au moins 50 millions, s’est appuyé sur des « suspicions de détournement de deniers publics » d’un membre de l’exécutif communal, des conseillers municipaux réunis en collectif et de certains agents communaux pour le placer sous mandat de détention provisoire.

Au cours de l’enquête préliminaire, le chef de division des enquêtes du corps spécialisé des officiers de police judiciaire du TCS, le commissaire divisionnaire Petis Oko, a, le 1er avril 2020, dressé un « procès-verbal de réquisition » invitant l’ex-maire à fournir les différents journaux d’engagements des exercices 2016 et 2017 de même que les dossiers administratifs et fiscaux des sociétés ayant exécuté les marchés.

 Dans la même correspondance, il exige « le tableau récapitulatif des paiements effectifs au profit des entreprises de 2013 à 2019 et leurs justificatifs et les dossiers d’attribution et de paiement relatifs travaux d’entretien de la route Nabonda-Mobalo II des exercices 2016 et 2017 ».

Richard Gaston Metindi Sassabeno n’est pas le premier maire de cette commune à avoir maille à partir avec la justice. Avant l’avènement du TCS, Paulin Abono Moampamb, autre ancien maire de Yokadouma, a été interpellé le 31 mars 2008 pour un détournement présumé de la somme de 1,25 milliard FCFA par « distraction d’un excédent budgétaire de près de 250 millions de FCFA, non-reversement de la TVA et des retenues des cotisations sociales à la CNPS, non-budgétisation de la redevance faunique de 2004, émission de mandats en régularisation ».

À l’issue du procès, le tribunal de grande instance de Yokadouma condamne l’ancien secrétaire d’État aux Travaux publics à 30 ans d’emprisonnement ferme. En appel, la justice ne retient que « le détournement de deniers publics par l’émission de mandats en régularisation » et ramène la peine de l’ancien maire à 12 ans d’emprisonnement.

Il est aussi condamné, solidairement avec ses co-accusés (le receveur municipal et le comptable-matières) à verser à l’État, qui ne s’était jamais constitué partie civile dans la cause ni présenté à aucune audience, la somme de 151, 15 FCFA correspondant au montant supposé avoir été détourné.

Avec un budget de 1,9 milliard de FCFA en 2021, Yokadouma fait partie des communes les plus riches derrière les communautés urbaines.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.