Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
BTS 2020 : accusé d’arnaque, Jacques Fame Ndongo dément

BTS 2020 : accusé d’arnaque, Jacques Fame Ndongo dément

Paru le mercredi, 24 juin 2020 11:28

Après la fermeture des établissements scolaires et universitaires le 17 mars 2020, les cours ont repris depuis le 1er juin, uniquement pour les élèves et étudiants concernés par les examens.

Or le ministre de l’Enseignement supérieur (Minesup), Jacques Fame Ndongo (photo), a fixé la date butoir du dépôt des dossiers pour l'examen du Brevet de technicien supérieur (BTS) le 30 avril. Un délai intervenu pendant la période de confinement.

Du coup, beaucoup de candidats et instituts privés de l’enseignement supérieur (IPES) n’ont pas déposé les dossiers de candidature à temps. A en croire certains candidats et responsables des IPES, le Minesup exige le paiement d’une pénalité pour leur réception.

De plus, « les centres d'examen imposent à chaque IPES de payer les frais de matière d'œuvre pour les épreuves pratiques liées à cet examen. Ceux-ci varient entre 200 000 et 1 000 000 de FCFA selon les spécialités », dénonce un responsable.

Dans un communiqué daté du 22 juin 2020, le chef de la cellule de communication (Cellcom) du Minesup, Jean-Paul Mbia, retrace la procédure de déroulement des examens nationaux de BTS et autres. « Les candidats s’inscrivent librement sur la plateforme sans aucune condition autre que celles prévues par la réglementation en vigueur », oppose-t-il. Pou lui, l’inscription des candidats sur la plateforme numérique constitue une innovation majeure « fortement appréciée par la communauté éducative ».

En lisant attentivement le communiqué, il ressort en filigrane que le problème nait de ce que seuls les établissements dûment autorisés à présenter des candidats aux examens nationaux accèdent à la plateforme. « Ce système totalement dématérialisé permet aux candidats de payer les frais d’inscription en ligne et d’y déposer leur dossier de candidature sans se déplacer », précise le Cellcom.

Jean-Paul Mbia ajoute qu’aucun frais supplémentaire n’est exigé aux candidats et aux IPES. « Les dépenses liées aux matières d’œuvre et autres sont chaque année à la charge exclusive du ministère de l’Enseignement supérieur et non des promoteurs ou des candidats », fait-il savoir.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.