Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Médecins sans frontières fait pression sur Yaoundé pour lever la suspension de ses activités dans le Nord-Ouest

Médecins sans frontières fait pression sur Yaoundé pour lever la suspension de ses activités dans le Nord-Ouest

Paru le jeudi, 24 juin 2021 05:36

Dans un communiqué rendu public ce 22 juin, l’ONG internationale Médecins sans frontières (MSF) ne cache pas sa déception face à l’intransigeance des autorités camerounaises à maintenir la suspension de ses activités dans la région du Nord-Ouest. « Nos services médicaux sont suspendus depuis six mois dans le Nord-Ouest, et cette situation fait payer un tribut inacceptable aux habitants dont beaucoup ont fui dans la forêt pour échapper aux violences », a déclaré Emmanuel Lampaert, coordinateur des opérations de MSF en Afrique centrale, cité dans ledit communiqué.

Sur son compte Twitter, MSF a lancé le hashtag #LiftTheSuspension (levez la suspension). L’ONG y rappelle que depuis plusieurs mois, elle « se voit refuser la fourniture de soins médicaux dans la région du Nord-Ouest, où la violence armée a considérablement réduit l'accès aux établissements de santé ». « Depuis la suspension, plusieurs enfants sont morts dans ma communauté à cause du manque de soins. Les gens n’ont pas d’argent pour aller à l’hôpital. Ils continuent de me demander : “quand est-ce qu’ils reviendront ?» ”, peut-on entendre un agent de santé communautaire déclaré dans une courte vidéo partagée sur ce compte Twitter.

Et le même intervenant de poursuivre : « des gens continuent de m’appeler, mais il n’y a plus de moyens pour les aider. Ils rentrent alors chez eux et plus tard vous apprenez qu’ils sont morts. C’est terrible ! ». La vidéo se poursuit avec ce commentaire : « l’on ne doit pas refuser l’accès aux soins à la population ». Et de s’achever par cet appel : « The suspension must be lifted Now » (la suspension doit être levée maintenant !) ».                      

Pour MSF, la suspension de ses activités dans cette région en proie à un conflit entre l’armée et les milices séparatistes « constitue une atteinte grave à l’accès humanitaire et médical ». « À l’heure où nous parlons, nos agents de santé communautaires voient des gens souffrir et mourir à cause du manque de médicaments dans certains villages et communautés déplacées. Notre centrale d’appel continue de recevoir des demandes d’envoi d’ambulance, mais nous n’avons pas le droit d’agir. Quelle logique peut justifier ces morts inutiles ? », s’interroge Emmanuel Lampaert.

L’ONG revendique, pour la seule année 2020, des soins prodigués à 180 survivantes de violences sexuelles, 3272 interventions chirurgicales effectuées, 1725 consultations en santé mentale et 42578 consultations médicales appuyées à travers ses agents de santé communautaire. « Ses ambulances ont quant à elles assuré le transport de 4407 patients, parmi lesquels plus de 1000 transports pour urgence obstétrique », peut-on lire dans le communiqué cité supra.

MSF accusé de collusion avec les séparatistes

Le gouvernement n’a pas encore réagi à cette campagne pour le retour de MSF dans la région du Nord-Ouest. L’on se souvient qu’en mai dernier, le directeur général de MSF, Stephen Cornish, avait fait le déplacement de Yaoundé où il a rencontré les officiels camerounais pendant plusieurs jours.

« Si notre visite a été l’occasion d’examiner des questions importantes, aucun accord n’a pu malheureusement être atteint sur une reprise immédiate de notre assistance médicale dans la région du Nord-Ouest. Cela est décevant, mais nous gardons espoir que la levée de cette interdiction peut intervenir dans les prochains jours », avait-il alors déclaré.

Depuis 2020, le gouvernement accuse MSF d’aider les séparatistes dans cette région. D’après le gouverneur de la région du Nord-Ouest, à travers sa collaboration avec l’hôpital Saint Mary Soledad, MSF permet de prendre en charge les membres des groupes armés séparatistes, mais aussi de leur offrir une protection. Accusations que rejette cette organisation humanitaire.

Ludovic Amara

Lire aussi :

Crise anglophone : malgré la visite de son DG, Médecins sans frontières reste interdit d’activités dans le Nord-Ouest

Médecins sans frontières réagit à la suspension de ses activités dans le Nord-Ouest du Cameroun

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.