Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Tribunal criminel spécial : un payeur général charge Leubou

Tribunal criminel spécial : un payeur général charge Leubou

Paru le vendredi, 24 juillet 2020 14:05

Trois témoins étaient attendus ce 23 juillet au Tribunal criminel spécial (TCS) dans l’affaire Leubou, du nom de l’ex-chef de la cellule informatique de la direction des dépenses du personnel et des pensions (DDPP) du ministère des Finances (Minfi) accusé de détournement de fonds publics en coaction.

Finalement, seul l’inspecteur du Trésor Pierre Sekene, payeur général à la direction du Trésor au moment des faits reprochés à Emmanuel Leubou, a été auditionné, rapporte le quotidien Mutations. « J’ai pris le service le 25 mars 2016. Très vite, j’ai instruit la brigade de vérification à faire un contrôle des différents services sous ma direction afin de me faire une idée claire. C’est au cours de cette opération que je découvre que Célestina Nkeng Lefang a des difficultés pour travailler. Son logiciel ayant été suspendu par Emmanuel Leubou », a révélé le témoin.

Célestina Lefang Nkeng dont il est question était alors chef service des oppositions à la paierie générale du Trésor. Pour justifier cette suspension, Emmanuel Leubou avait évoqué la mauvaise utilisation du USER, le code d’accès au logiciel qui gère les avances et les annulations de solde du personnel de l’État.

Pour remédier à la situation, le payeur général engage une autre démarche : « je propose à Emmanuel Leubou la création d’un groupe de travail mixte constitué du personnel de la direction du Trésor dont je faisais partie et du personnel de la direction du budget. Ceci dans le but de permettre à Célestina Lefang Nkeng de faire son travail. Il n’a pas voulu s’exécuter », déclare Pierre Sekene.

Dans la même veine, le payeur général révèle avoir émis l’idée de mettre sur pied un comité de réflexion chargé de fournir des informations de façon mensuelle. Mais « Emmanuel Leubou n’a jamais porté à notre connaissance des informations », regrette-t-il. Et de préciser que c’est le 31 août 2016 qu’on a découvert qu’Aissatou Boullo Bouba, un fonctionnaire en service au Minfi, bénéficiait à la fois des avances de solde unique et de solde retraite. Interrogé sur ce fait anormal, Emmanuel Leubou n’aurait pas daigné s’exprimer, charge le payeur général.

La réaction de la défense à la suite de ce témoignage est attendue à la prochaine audience dans cette affaire qui se tiendra le 1er septembre 2020. Pour mémoire, Emmanuel Leubou, Aissatou Boullo Bouba, ancienne chef de la cellule SIGIPES, Célestina Nkeng Lefang, chef service des oppositions à la paierie générale du Trésor, Mefiro Pempeme Inoussa, agent de la cellule d’assainissement du fichier solde et un certain Amadou Haman sont accusés de détournement de biens publics, coaction et complicité de détournement de biens publics. Un crime économique qui aurait délesté les caisses de l’État d’une somme d’environ 6,5 milliards de FCFA selon l’hebdomadaire d’informations judiciaires Kalara.

Baudouin Enama

Lire aussi:

Non, Emmanuel Leubou n'a pas encore été condamné par la Justice

Dernière modification le vendredi, 24 juillet 2020 14:07

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.