Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Foumban : la création d’une police municipale débouche sur un conflit ouvert entre le maire et le préfet

Foumban : la création d’une police municipale débouche sur un conflit ouvert entre le maire et le préfet

Paru le lundi, 24 août 2020 09:05

Le projet de création d’une police municipale à Foumban oppose le maire de cette commune, Patricia Tomaino Ndam, au préfet du département du Noun, Donatien Bonyomo. Le dernier épisode de cette guéguerre que se mènent ces deux autorités remonte à la semaine dernière.

En effet, dans un communiqué publié dans la journée du jeudi 20 août dernier, le maire, a porté à la connaissance des candidats au recrutement du personnel au sein de la police municipale de son ressort que la formation y relative devrait se tenir le 21 août 2020. Mais vendredi dernier, le préfet s’est opposé à cette initiative à travers un communiqué. Dans cette sortie l’autorité administrative soutient qu’un service de police municipale « ne saurait exister, car en violation des dispositions prévues à l’article 216 (3) de la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des collectivités territoriales décentralisées (CTD) ».

Ce texte soumet la délibération du conseil municipal relativement à la création d’un service de police municipale à « l’approbation préalable du ministre chargé des collectivités territoriales ». Puisqu’à cette date « aucune autorisation du ministre de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel) n’a encore été donnée », l’autorité préfectorale tranche que « tout recrutement et formation de personnel doit immédiatement prendre fin ». Aussi, menace-t-il : « toute personne surprise en violation desdites instructions se verra frappée par la réglementation en vigueur ».

Réaction

La réaction de Tomaino Ndam Njoya ne s’est pas fait attendre. « Nous vous avons retiré notre confiance, au regard de votre mauvaise foi dans la gestion de plusieurs dossiers nous concernant », a déclaré celle qui assure la présidence du Syndicat des communes du Noun. Le maire de Foumban précise que le Minddevel a été saisi pour le tenir au courant de cette initiative de laquelle elle espère qu’il en sortira « un corps bien formé » et opérationnel d’ici le mois de novembre prochain. « Nous allons y arriver pour le bonheur de nos populations », promet-elle, non sans rappeler au préfet Donatien Bonyomo qu’il est « à une semaine de la fin de la prorogation de la date de [son] admission à la retraite ».

Au sein de l’Union démocratique du Cameroun (UDC), le parti politique de l’opposition dont le lead est actuellement tenu par le Tomaino Ndam Njoya, la sortie du préfet est considérée comme « un coup bas politique » pour fragiliser le dynamisme du nouvel exécutif communal de la ville de Foumban. « Le préfet de Foumban a autorisé le même service de police pour une mairie dirigée par le RDPC, le parti au pouvoir, dans le département du Noun, mais face aux mairies UDC, vous alléguez qu’elles forment des milices ? », s’étonne un cadre de l’UDC.

BE

Lire aussi:

UDC : le remplacement du feu Ndam Njoya par son épouse fait polémique

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam