Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : une quarantaine de séparatistes présumés arrêtés dans le Littoral

Crise anglophone : une quarantaine de séparatistes présumés arrêtés dans le Littoral

Paru le lundi, 24 août 2020 11:59

Les installations de la Cameroon Development Corporation (CDC) de à Penda-Mboko, dans la région du Littoral sont actuellement passé au peigne fin par l’armée camerounaise. Cette expédition des soldats de la 2e région militaire fait suite à l’attaque du 13 août 2020 et de l’incendie de la résidence du directeur de l’usine de caoutchouc de la CDC. Un incident attribué aux milices séparatistes qui sévissent dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Le général de brigade Eba Eba Bede Benoit, commandant de la 2e région militaire basée à Douala explique que cette initiative vise à contrecarrer l’action des combattants sécessionnistes dont le mode opératoire a changé. « Actuellement, ils vivent avec la population, mais commettent des actes de violence dans la nuit ». L’opération de filtrage conduite par la 2e région militaire vise ainsi à extraire les séparatistes des citoyens ordinaires. « Les soldats font cela de manière professionnelle et la population devrait savoir que les personnes que nous avons envoyées sur le terrain remplissent correctement leur mission. Nous assurons à la population que nous avons besoin qu’elle coopère pour que nous puissions extraire les méchants de leur milieu », ajoute l’officier supérieur.

Les premiers résultats de cette action ont été présentés à la presse le 21 août 2020. On parle d’un important stock de munitions saisies par l’armée qui a également procédé à des arrestations des présumés séparatistes. Dans sa communication, le colonel Eyenga Severin, commandant de la 21e Brigade d’infanterie motorisée, fait état d’une quarantaine de suspects arrêtés. Mais « les vérifications se poursuivent encore sur le terrain », a-t-il précisé à la suite du général de brigade Eba Eba qui a indiqué que tous les coupables seront poursuivis.

Pour mémoire, dans la nuit du 13 août dernier, les installations de la CDC ont été prises d’assaut par une bande armée. Outre l’incendie occasionné sur le site, les assaillants ont tiré sur un étudiant de 16 ans qui est mort sur le chemin d’un hôpital de Mbanga. Le directeur de l’usine de caoutchouc et trois gardiens kidnappés par la milice sont toujours introuvables. « Les séparatistes sont venus de l’autre côté de Muyuka et ont commis les atrocités. Actuellement, nous les traquons », rassure le général Eba.

Baudouin Enama

Dernière modification le lundi, 24 août 2020 13:16

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.