Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Mesures de restriction : le PM annonce des sanctions à l’encontre des réfractaires

Mesures de restriction : le PM annonce des sanctions à l’encontre des réfractaires

Paru le mercredi, 25 mars 2020 12:57

Les mesures de restriction du plan de riposte contre le coronavirus au Cameroun seront « désormais appliquées avec la plus grande rigueur et les contrevenants seront sanctionnés », promet le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute.

Hier, 24 mars 2020, le chef du gouvernement a présidé une réunion du Comité interministériel chargé d’évaluer la mise en œuvre du plan gouvernemental de riposte contre la propagation de la pandémie. Le PM a ainsi dénoncé « les actes d’indiscipline, d’insouciance voire d’inconscience qui ont été observés ces derniers jours » chez certains Camerounais. Lesquels contribuent « fortement à l’expansion de cette épidémie », selon Dion Ngute.

Pour changer la donne, « les autorités administratives et municipales, ainsi que les forces de maintien de l’ordre, ont été instruites de renforcer les contrôles et de prendre toutes les dispositions utiles et nécessaires, afin que les mesures prescrites par le chef de l’État soient respectées par tous et partout », informe le chef du gouvernement.

C’est que, cinq mesures sur les 13 en vigueur depuis le 18 mars dernier, ne sont « malheureusement pas respectées par un très grand nombre de nos compatriotes ». Dans cette catégorie on retrouve notamment la fermeture « systématique » des débits de boissons et les lieux de loisirs dès 18 heures, l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes, l’interdiction des surcharges dans les transports publics.

La régulation des flux des consommateurs dans les marchés et les centres commerciaux ; le respect des règles d’hygiène et la mesure de distanciation sociale, édictées par l’Organisation mondiale de la santé, font également des réfractaires au sein de la population.

Pour rappel, l’article 260 du Code pénal camerounais punit d’un emprisonnement de trois mois à trois ans « celui qui, par sa conduite, facilite la transmission d’une maladie contagieuse et dangereuse ».

Pour stopper la propagation du Covid-19, une pandémie virale ayant atteint 70 personnes et occasionné un mort sur le territoire camerounais, le gouvernement a instauré 17 mars un train de mesures visant la restriction des contacts et des mouvements de la population.

Pour l’instant, « aucune décision de confinement total ou partiel de la population n’a été prescrite par le chef de l’État », a précisé le Premier ministre.

BE

Dernière modification le mercredi, 25 mars 2020 13:02

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.