Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Projet insurrectionnel : le député Pierre Kwemo accusé de dealer avec Maurice Kamto 

Projet insurrectionnel : le député Pierre Kwemo accusé de dealer avec Maurice Kamto 

Paru le vendredi, 25 septembre 2020 13:07

Le préfet du Haut Nkam est remonté contre l’Union des mouvements socialistes (UMS). Ce parti politique de l’opposition est présidé par le député Pierre Kwemo (photo), ancien vice-président de l’Assemblée nationale. Selon l’autorité administrative, des militants de l’UMS ont participé à la marche controversée organisée le 22 septembre dernier sous l’instigation du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) et son leader Maurice Kamto.

Dans une note confidentielle, Luc Ndongo dénonce « l’existence d’un deal secret de sous-traitance politique locale à la solde du MRC ». Ce qui expliquerait, d’après lui, pourquoi les militants de l’UMS et « de nombreux jeunes scolaires de moins de 20 ans qui ont été instrumentalisés », ont participé aux tentatives de « marche insurrectionnelle, illégale et interdite » enregistrées dans le centre commercial de Bafang dans la journée le mardi 22 septembre. « Servant ainsi de relais locaux et d’agents d’exécution des mots d’ordre irresponsables du MRC et son mentor le président Maurice Kamto », déplore Luc Ndongo.

Dans cette correspondance qui fait office de mise en garde à l’endroit de l’ex-maire de Bafang, le préfet relève que n’eut été le professionnalisme et le sang-froid des forces de maintien de l’ordre (FMO) qui « ont réussi à contenir et à disperser à chaque vague de hordes de manifestants drogués pour la plupart, des pertes humaines et des dégâts matériels auraient pu être enregistrés. »

Pour Luc Ndongo, toute nouvelle tentative de trouble à l’ordre public, orchestrée par les militants de l’UMS, « sera sévèrement réprimée en vertu de la loi et de la règlementation en vigueur ».

Dans un communiqué signé le 18 septembre dernier en rapport avec les crises sociopolitiques que traverse le pays, le président de l’UMS s’est montré critique vis-à-vis du régime de Yaoundé. Comme pour acquiescer l’organisation du soulèvement populaire que préparait le MRC pour le 22 sept, Pierre Kwemo soutenait que l’opposition est « fatiguée des ruses du pouvoir et dépitée par sa suffisance ».

Ancien vice-président du Social Democratic Front, Pierre Kwemo a toujours fait partie de la branche radicale de l’opposition camerounaise. Après sa démission du SDF, il fonde l’Union des mouvements socialistes (UMS), une formation politique qui revendique le Haut Nkam et son chef-lieu Bafang comme son bastion électoral. Aux législatives et municipales de février dernier, ce parti a d’ailleurs réalisé une percée dans la région de l’Ouest où il détient la majorité dans deux conseils municipaux et deux députés à l’Assemblée nationale.

Baudouin Enama

Lire aussi:

Appels au départ de Paul Biya : gueule de bois au MRC après la faible mobilisation du 22 septembre

Manifestations du MRC : plus de peur que de mal

Dernière modification le vendredi, 25 septembre 2020 14:07

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.