Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La crise entre le Barreau et le pouvoir judiciaire fait reporter les obsèques du bâtonnier Tchakoute Patie

La crise entre le Barreau et le pouvoir judiciaire fait reporter les obsèques du bâtonnier Tchakoute Patie

Paru le mercredi, 25 novembre 2020 03:07

Les obsèques du Bâtonnier Charles Tchakoute Patie, sont reportées à une date ultérieure, informe un communiqué rendu public hier lundi 23 novembre 2020.

Le document est conjointement signé par la veuve de défunt avocat, Mme Tchakoute Patie née Zesseu Clarisse et Sa majesté Roger Nkamadjou II, chef supérieur de la communauté Bahouoc à laquelle appartenait l’avocat décédé 4 octobre 2020 en France.

Le report de ces obsèques initialement prévues du 26 au 28 novembre 2020, dates arrêtées par la famille et l’Ordre des avocats du Cameroun, intervient dans un contexte marqué par une crise qui oppose depuis quelques semaines le Barreau camerounais aux autorités judiciaires.

En effet, dans un communiqué rendu public la semaine dernière par le Conseil de l’Ordre des avocats, le Barreau a renoncé aux hommages judiciaires du Bâtonnier Charles Tchakoute Patie. Prévu sur les parvis de la Cour d’appel du Littoral et de la Cour suprême, le Conseil de l’ordre a annoncé que ce rituel sera organisé en temps opportun en d’« autres lieux plus accueillants pour les avocats ».

Pour le Bâtonnier par intérim, Me Claire Atangana Bikouna, cette décision visait à protester contre ce que les avocats considèrent comme une véritable cabale visant à « affaiblir la corporation à un moment non anodin où le Barreau, orphelin de son Bâtonnier, s’apprête à lui rendre hommage ».

Pour mémoire, depuis le 10 novembre 2020, les rapports entre les robes noires et les magistrats garants du pouvoir judiciaire sont tendus. Ce jour, des avocats qui s’opposaient au retour en prison de leurs confrères poursuivis pour « outrage à magistrat », ont été chassés, à coup de matraques et de gaz lacrymogène, de la salle d’audience du Tribunal de première instance (TPI) de Bonanjo, à Douala, par une escouade de gendarmes et de policiers.

B.E

Lire aussi :

Incident du TPI de Bonanjo : deux avocats condamnés à six mois de prison avec sursis

Les avocats suspendent le port de la robe, en guise de protestation contre leur « persécution programmée »

Dernière modification le mercredi, 25 novembre 2020 13:21

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Les plus gros consommateurs de maïs du Cameroun (2020)

InfographieIC gros consommateurs mais cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.