Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Le stade d’Olembé alourdit le climat entre le Cameroun et la CAF à quelques semaines de la CAN 2021

Le stade d’Olembé alourdit le climat entre le Cameroun et la CAF à quelques semaines de la CAN 2021

Paru le jeudi, 25 novembre 2021 10:44

Nouveau coup de chaud entre le Cameroun et la Confédération africaine de football (CAF) à propos du stade d’Olembé. L’infrastructure sportive de 60 000 places, située au nord de Yaoundé, doit abriter le match d’ouverture et la finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021. La compétition est prévue du 9 janvier au 6 février 2022. Mais les travaux débutés en 2017 ne sont pas encore achevés, à quelques semaines du coup d’envoi de la compétition. Le ministre des Sports et de l’Éducation physique (Minsep), Narcisse Mouelle Kombi, assure cependant que le stade sera livré dans les temps, alors que la CAF a émis de « sérieuses inquiétudes » concernant cette infrastructure.

« En ce qui concerne la livraison des travaux du Complexe sportif d’Olembé dans sa première phase, constituée entre autres du stade principal, les délais contractuels demeurent fixés par Magil au 30 novembre 2021, délais réitérés lors de mes dernières visites dans cette infrastructure sportive futuriste, respectivement les 10 et 20 novembre du mois en cours », déclare Narcisse Mouelle Kombi, par ailleurs président du Comité local d’organisation de la CAN (Cocan), dans un courrier adressé le 23 novembre à la CAF qui a fuité sur Internet.

Ce courrier est une réponse à la lettre envoyée le 17 novembre au Cocan par le secrétaire général de la CAF, Véron Mosengo-Omba. Ce dernier y fait part des inquiétudes de la CAF et des actions attendues pour assurer la bonne organisation du tournoi (phare du continent africain. L’une des préoccupations de l’instance faîtière du football continental concerne les abords du stade d’Olembé. Véron Mosengo-Omba s’inquiète du fait que « l’état d’avancement des extérieurs du stade d’Olembé […] semble sans progrès » depuis la dernière visite de la CAF le 22 octobre dernier.

Délocalisation

Ce constat est battu en brèche par le Cameroun, qui affirme que les travaux de finition se sont poursuivis depuis cette dernière visite, notamment avec « la couverture à 98% » du revêtement extérieur de la toiture par les écailles de pangolin. « Dans le même registre, la pose du tartan et des écrans géants est entamée, les quelques travaux résiduels étant en finition imminente », réplique le ministre.

La CRTV, l’organisme public de radiotélévision, a publié ce mercredi des images dudit stade sur sa page Facebook. On y voit notamment des ouvriers procéder au revêtement de la piste d’athlétisme.

Malgré ces assurances, la CAF menace de délocaliser le match d’ouverture « si tout n’est pas réglé d’ici au 30 novembre 2021 », date de livraison du stade d’Olembé. « Des dispositions sont d’ores et déjà prises dans ce sens, mais ce serait malheureux pour le Comité d’organisation, pour la CAF et pour le Cameroun », selon son secrétaire général. Mais le Minsep répond « qu’en aucun cas l’hypothèse de la délocalisation de la cérémonie d’ouverture n’est envisagée et ne peut être acceptée par le gouvernement camerounais ».

Disponibilité

Narcisse Mouelle Kombi indique que le Cameroun a « pris toutes les dispositions utiles et nécessaires pour que ce stade soit dans un état complet de disponibilité et de fonctionnalité en vue de l’organisation de la CAN dans la poule A comme dans toutes les autres poules ». Il réaffirme « la volonté ferme de l’État du Cameroun et du Cocan de respecter ses engagements » et réitère le souhait d’un « partenariat cordial et harmonieux fondé sur le respect des parties et la confiance mutuelle pour une bonne organisation de cette compétition prestigieuse que toute l’Afrique attend avec impatience et enthousiasme ».

Ce n’est pas la première fois que le stade d’Olembé est cœur des tensions entre le Cameroun et la CAF. En septembre dernier, la Confédération déclarait avoir été trompée sur le niveau d’avancement des travaux de cette infrastructure qui a accueilli le match Cameroun-Malawi [2-0] comptant pour les éliminatoires du Mondial 2022. La rencontre s’était jouée à huis clos, la CAF estimant alors que « l’état d’avancement des travaux dudit stade ne permet pas encore d’assurer comme il se doit le bien-être et la sécurité des supporters en principe attendus pour un tel match ». De son côté, la Fédération camerounaise de football [Fecafoot] avait évoqué les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 pour justifier l’absence du public dans les gradins, après que la CAF ait opposé une fin de non-recevoir à sa demande d’avoir « au moins 10 000 supporters » au stade.

Patricia Ngo Ngouem

Lire aussi :

Stade d’Olembe : après une mission d’inspection, la CAF dit avoir été trompée sur le niveau d’avancement des travaux

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.