Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Crise anglophone : les députés appellent à considérer les séparatistes comme des « terroristes »

Crise anglophone : les députés appellent à considérer les séparatistes comme des « terroristes »

Paru le jeudi, 25 novembre 2021 19:03

Les recommandations de l’Assemblée nationale au terme la plénière spéciale du 23 novembre dernier sur le Plan présidentiel de reconstruction des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, soutiennent la politique de main tendue du gouvernement dans la guerre séparatiste qui secoue ses deux régions.

Dans cette veine, les élus condamnent « toute forme de violence, d’attaques armées, de bavures qui continuent à causer la mort et la désolation ». Pour les parlementaires, il s’agit d’actes terroristes et « leurs auteurs et leurs soutiens financiers doivent être considérés comme des terroristes et pris comme tels sur le plan national et international avec toutes les conséquences de droit ».

Les députés se sont ainsi associés « à l’appel du gouvernement à déposer les armes et à avoir le pardon de la nation et favoriser la reconstruction et l’impulsion du développement économique » de ces deux régions.

Par ailleurs, l’Assemblée nationale a appelé à une mise en œuvre effective des recommandations du Grand dialogue national que le président de la République a convoqué en septembre 2019 pour trouver des pistes de sortie de crise.

Pour le reste, les députés ont fait des recommandations sur le plan structurel, financier, ou encore de la communication pour la mise en œuvre efficace du plan de reconstruction de ces régions.

Depuis le déclenchement de la crise anglophone, qui est née des revendications des avocats et des enseignants en octobre 2016, le gouvernement n’a eu de cesse de faire des concessions. Notamment au travers de ces deux professions, mais aussi de manière plus large à une plus grande participation de la partie anglophone aux affaires de l’Etat.

Cependant, face à la radicalisation des séparatistes dont certains attaques des civils et les positions de l’armée, Yaoundé a par exemple demandé à ses partenaires que les commanditaires qui se trouvent à l’étranger soient traduits devant les autorités compétentes, et au besoin extradés vers le Cameroun.

L.A.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.