Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Les nouvelles couleurs politiques de la carte communale du Cameroun

Les nouvelles couleurs politiques de la carte communale du Cameroun

Paru le mercredi, 26 février 2020 10:15

Les vainqueurs des élections municipales du 9 février dernier sont connus. Les résultats de ce scrutin ont été proclamés ce mercredi 12 février 2020, par les différentes Commissions communales de supervision disséminées à travers le Cameroun.

Onze partis politiques se partagent les 10 626 sièges de conseillers municipaux que compte le pays. Sous réserve d’éventuels recours, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) conserve la majorité des communes dans les 10 régions.

Dans le Sud et le Sud-Ouest, la totalité des communes est désormais aux couleurs du parti au pouvoir. La situation est presque identique dans le Nord-Ouest. Le parti du flambeau gagne du terrain avec 33 communes, au détriment du Social Democratic Front (SDF) qui ne contrôle plus qu’un seul conseil municipal dans cette région.

Du côté du Littoral, les six communes de la ville de Douala portent l’estampille du RDPC. Au total, le parti de Paul Biya remporte les élections municipales dans 28 circonscriptions de cette région. Outre le SDF -majoritaire dans deux communes-, deux partis d’opposition intègrent désormais la carte communale du Littoral.

Il s’agit du Mouvement patriotique pour un Cameroun nouveau (MPCN) de Paul Éric Kingue, directeur de campagne de Maurice Kamto lors de la dernière élection présidentielle, qui décoiffe respectivement le SDF et le RDPC à Njombe-Penja et à Dibombari. Tout comme le Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) qui s’impose dans deux municipalités de la région.

Dans la région du Centre, la surprise vient d’ailleurs de ce parti politique impulsé par Cabral Libii. Le PCRN rafle en effet cinq communes dans le Nyong et Kellé, le département d’origine du candidat arrivé 3e à la présidentielle d’octobre 2018 (6,28% des suffrages). Mais, du haut de ses 65 conseils municipaux, le RDPC conserve le leadership dans cette région.

 C’est également le cas dans la région de l’Est. Le RDPC est donné vainqueur dans 32 circonscriptions. Seule la commune de Garoua-Boulaï remportée par la liste de l’Union nationale pour le développement et du progrès (UNDP) échappe à son contrôle.

Quatre partis politiques se positionnent sur la carte communale de la région de l’Ouest : le RDPC (30 communes), l’Union démocratique du Cameroun (UDC, 6 communes), l’Union des mouvements socialistes (2 communes), le SDF et le MCNC qui obtiennent chacun une commune.

Dans le Nord, trois partis émergent de la carte communale. D’abord le RDPC avec 16 municipalités. L’UNDP arrive en deuxième position avec trois mairies contre deux communes pour le Front pour le salut national du Cameroun (FSNC).

Le RDPC se taille également la part du lion dans la région de l’Adamaoua constituée de 21 municipalités. Le parti du Flambeau s’en tire avec 13 conseils municipaux acquis à ses idéaux. Il est secondé par l’UNDP qui enrôle un total de 08 mairies dans cette unité administrative.

La région de l’Extrême-Nord reste dominée par le parti de Paul Biya. Il remporte à lui tout seul 39 communes. Tandis que l’UNDP, le FSNC et le Mouvement démocratique pour la défense de la République (MDR) comptent respectivement quatre, une et trois communes.

BE

Dernière modification le jeudi, 27 février 2020 10:17

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.