Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Election à la mairie de Maroua 1er : le préfet traine le candidat malheureux, fils d’un milliardaire, au tribunal

Election à la mairie de Maroua 1er : le préfet traine le candidat malheureux, fils d’un milliardaire, au tribunal

Paru le jeudi, 26 novembre 2020 10:19

A la requête de Jean Marc Ekoa Mbarga, préfet du département du Diamaré dans l’Extrême-Nord, Issa Balarabe Youssouf (photo), candidat malheureux à deux reprises à l’élection du maire de Maroua 1er, doit comparaître devant le tribunal de première instance de Maroua statuant en matière correctionnelle le 2 décembre 2020.

L’autorité administrative poursuit le fils du milliardaire bien connu Issa Balarabe pour menaces de mort, injures, outrage aux corps constitués et aux fonctionnaires. En effet, précise la citation à comparaître, alors que le préfet supervise en sa qualité de représentant de l’Etat la session de plein droit présidée par le doyen d’âge le 30 octobre, Issa Balarabe Youssouf s’oppose à la reprise de l’élection du maire.

Cette opposition se matérialise par la confiscation de l’urne et des bulletins de vote, bloquant ainsi le scrutin pendant de longues heures. Le mis en cause, poursuit l’acte d’accusation, a ensuite déclaré à plusieurs reprises et devant témoins : « Je vais tuer le préfet, je vais le tuer », après proférer des propos malveillants. Le préfet « prend la menace au sérieux, se sent menacé et sa vie en danger ».

Pour toute réaction, l’intéressé indique sur sa page Facebook : « Monsieur le préfet du Diamaré, vos tentatives d’intimidation pour déstabiliser la jeunesse militante si chère à Paul Biya ne passeront pas par Maroua 1er ».

Dans un recours adressé le 2 novembre au président du tribunal administratif de Maroua, Issa Balarabe Youssouf, le candidat désigné par le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), au pouvoir, demande à nouveau l’annulation de l’élection de son camarade du parti, Hamadou Hamidou, et de ses adjoints.

Issa Balarabe Youssouf note que le préfet du Diamaré « a chassé le doyen d’âge et pris la conduite des travaux, avant d’user d’intimidations, de menaces, d’injures ». Or, selon l’article 202 du Code général des collectivités territoriales décentralisées, « la séance du conseil municipal consacrée à l’élection du maire et de ses adjoints est présidée par le plus âgé des membres, assisté du plus jeune ».

 « La vérité est que Hamadou Hamidou, le candidat réélu pour la seconde fois, est soutenu par la population au détriment de Issa Balarabe Youssouf, fils d’un milliardaire bien connu à Maroua que la hiérarchie du parti veut imposer », croit savoir un observateur averti de la scène politique locale.

D.M

Dernière modification le jeudi, 26 novembre 2020 10:26

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.