Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La justice ordonne la reprise des municipales à Lagdo et Bibemi, dans le nord du Cameroun

La justice ordonne la reprise des municipales à Lagdo et Bibemi, dans le nord du Cameroun

Paru le vendredi, 27 mars 2020 14:52

Le tribunal administratif de Garoua (région du Nord) a vidé le contentieux post-électoral des municipales du 9 février 2020. Sur un total de onze recours examinés par le collège de juges dirigé par Célestin Ntsa Ayissi, président du tribunal administratif de Garoua, neuf ont été rejetés « faute d’éléments de preuves ». Les deux requêtes jugées recevables ont abouti à une annulation des élections municipales à Lagdo et à Bibémi, deux communes du département de la Bénoué.

Dans le cas de Bibemi, le recours a été introduit par Andourrahman Nasrou, représentant du Front pour le salut national du Cameroun (FSNC), le parti politique fondé par Issa Tchiroma, l’actuel ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Dans son recours, le FSNC contestait la victoire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC). Pour l’accusation, « le vote avait été entaché d’irrégularités ». Le requérant a également mis en cause la neutralité et l’impartialité d’Elecam. Après examen et confrontation des différents procès-verbaux incriminés, le tribunal a statué en faveur du FSNC.

Le second recours jugé fondé par le tribunal a été introduit par Mama Abakai, maire sortant RDPC de Lagdo. Le RDPC conteste la victoire de son challenger, le FSNC, déclaré initialement vainqueur. La requête du parti au pouvoir indique que les opérations de vote du 9 février dernier ont été entachées d’irrégularités dans 41 bureaux de cette circonscription. D’où le verdict rendu par le tribunal ordonnant la reprise des élections des conseillers municipaux à la commune de Lagdo.

Mais les décisions rendues par le tribunal administratif sont susceptibles de faire l’objet de recours au niveau de la Chambre administrative de la Cour suprême. L’instance suprême devra statuer en dernier ressort sur ce contentieux post-électoral, à condition qu’elle soit saisie par les parties dans un délai de quinze jours.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.