Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Lutte contre la chère : l’UDC demande la réduction du train de vie de l’État et la promotion des produits locaux

Lutte contre la chère : l’UDC demande la réduction du train de vie de l’État et la promotion des produits locaux

Paru le vendredi, 29 avril 2022 06:24

Pour l’Union démocratique du Cameroun (UDC), la réduction du train de vie du gouvernement et la baisse conséquente de la pression fiscale sont des solutions à envisager face à l’inflation généralisée des prix de première nécessité dans les marchés. C’est ce que suggère la déclaration de ce parti d’opposition sur la vie chère.

« Le budget 2022, comme les députés UDC à l’Assemblée nationale l’ont relevé au cours des débats pour son adoption en décembre dernier, porte des germes inflationnistes en ce sens qu’il aggrave la pression fiscale qui a augmenté de 1,3 % conséquemment aux recettes fiscales et douanières qui ont augmenté de 12,60 % par rapport au budget de l’année précédente », peut-on lire dans cette déclaration signée le 26 avril dernier par Tomaino Ndam Njoya (photo), la présidente nationale de l’UDC.

L’autre proposition phare contenue dans ce document est une antienne sur toutes les lèvres depuis le début de la pénurie de blé due, entre autres, à la crise en Europe de l’Est. Il s’agit de la valorisation des produits locaux de substitution à ceux que le pays importe et qui rentrent dans les produits de grande consommation. En plus, cette substitution est dans la Stratégie nationale de développement (SND30), la nouvelle boussole du Cameroun en matière de développement.

L’UDC demande aussi « l’audit de tous les projets jusqu’ici engagés au ministère de l’Agriculture et du Développement rural et au ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales visant à booster les productions locales des produits locaux de grande consommation, et de tirer les conséquences qui s’imposent ».

Cours du baril

Avant ces demandes de l’UDC, le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, a pris soin de dédouaner la responsabilité du gouvernement en expliquant que cette inflation est importée. Depuis la montée des prix, Yaoundé a aussi pris quelques mesures pour atténuer la situation.

C’est ainsi que le président Paul Biya a demandé que les prix à la pompe restent inchangés malgré la flambée des cours du baril. Cette décision oblige l’État à supporter 672 milliards de FCFA de subvention annuelle. C’est la même chose avec le gaz domestique, dont la bouteille continue de se vendre à 6 500 FCFA au lieu de 13 277 FCFA pour une subvention annuelle estimée à 70 milliards de FCFA. En plus, des mesures d’exonération des taxes et droits de douane à l’importation ont été mises en place…

Mais pour l’UDC, rien n’y fait, le gouvernement n’est pas excusable. « Les allusions faites aux conséquences des attaques de la secte terroriste Boko Haram dans l’Extrême-Nord du pays, la guerre du Noso et la guerre en Ukraine, ne sont que des excuses inacceptables que le gouvernement tente d’utiliser pour essayer de noyer sa responsabilité indiscutable dans la situation de l’inflation généralisée qui alourdit la souffrance du peuple ».

Michel Ange Nga

Lire aussi :

Vie chère : le Cameroun suspend l’exportation de certains produits pour endiguer les pénuries

Vie chère : comment Mbarga Atangana tente de calmer la grogne des consommateurs

Vie chère : l’action de Mbarga Atangana limite les dégâts

Dernière modification le vendredi, 29 avril 2022 06:26

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Plus de 100 000 PME créées au Cameroun en quatre ans

InfographieFormation PME cameroun

 

Please publish modules in offcanvas position.