Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
L’évolution de la décentralisation au cœur des célébrations de l’accession au pouvoir du président Paul Biya

L’évolution de la décentralisation au cœur des célébrations de l’accession au pouvoir du président Paul Biya

Paru le jeudi, 29 octobre 2020 11:19

Le 6 novembre 2020, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) commémore le 38è anniversaire de l’accession de son président national, Paul Biya, au poste de président de la république. Cette année, les festivités sont placées sur le thème : « Mobilisons-nous toutes et tous derrière le président Paul Biya, pour l’achèvement d’une décentralisation garantissant le développement local dans la paix et l’unité nationale renforcées et l’intégrité du territoire sauvegardée ».

La circulaire signée le 27 octobre par le secrétaire général du Comité central du RDPC, Jean Nkuété, pour l’encadrement de cette commémoration, rappelle que celle-ci intervient à quelques semaines des premières élections régionales du pays prévu le 5 décembre.

Ce scrutin marque alors pour Jean Nkuété « un moment particulier dans la marche du pays vers son accomplissement, en tant qu’il marque le couronnement du processus de décentralisation ». Ce dernier présente cette réforme, prévue par la Constitution de janvier 1996 consacrant le Cameroun comme Etat unitaire décentralisé, comme « l’une des transformations institutionnelles majeures du Cameroun depuis l’indépendance ».

Une réforme qui a pris du temps

Mais il a fallu attendre huit ans après son avènement pour l’adoption des premières lois sur la décentralisation, 14 ans pour les premiers transferts de compétences et de ressources aux collectivités territoriales décentralisées (CTD), et 24 ans pour compléter l’architecture institutionnelle avec la mise en place des régions, deuxième CTD après la commune.

Le président Paul Biya a lui-même récemment donné un coup d’accélérateur au processus. C’est tenant compte de cette volonté politique, que plusieurs recommandations ont été faites lors du Grand dialogue national, organisé du 27 septembre au 4 octobre 2019 à Yaoundé en vue notamment de trouver une solution à la crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis 2016.

Dans le cadre de leur mise en œuvre, outre l’octroi d’un statut spécial à ces deux régions, le président de la République a promulgué le 24 décembre dernier le Code général des CTD qui accorde 15 % du budget de l’Etat aux CTD. Même si cette année, les maires déplorent la mission à disposition d’à peine 1% d’un budget évalué à plus de 4900 milliards de FCFA.

Dominique MBASSI

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.