Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Sécurité routière : le ministre Ngalle Bibehe rate son pari « zéro accident » pendant les fêtes

Sécurité routière : le ministre Ngalle Bibehe rate son pari « zéro accident » pendant les fêtes

Paru le mardi, 29 décembre 2020 15:20

« Nous avons mis en place le programme ‘zéro accident’ pendant la période des fêtes. Jusque-là, nous avons tenu le pari, jusqu’à cette nuit fatidique ». Réaction du ministre des Transports, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe (photo) au lendemain de l’accident de la circulation survenu le 27 décembre 2020 sur l’axe Yaoundé-Bafoussam, qui a officiellement près de 40 morts et une vingtaine de blessés.

Le même jour, au moins trois autres accidents sont enregistrés : à Buea dans le Sud-Ouest, à Melong dans la région du Littoral et sur la route Mengong-Sangmelima dans le Sud ; causant un total de huit morts. Ces accidents sont venus consumer les espoirs du membre du gouvernement de réussir un sans-faute au cours de la campagne spéciale de sensibilisation, de prévention et de contrôle routier menée depuis le 5 octobre.

Cette opération, initiée dans le cadre de la lutte contre les accidents de la circulation, se déroule en deux phases. La première phase a concerné la période des rentrées scolaires du 5 octobre au 29 novembre. La seconde phase cible les périodes de fin d’année et couvre la période allant du 30 novembre 2020 au 31 janvier 2021. Ces périodes sont considérées comme les plus accidentogènes de l’année du fait de la hausse du trafic routier. 

Placées sous la coordination des gouverneurs des 10 régions du pays, les opérations sont menées sur le terrain par des équipes constituées des responsables du ministère des Transports appuyés par les forces de maintien de l’ordre.

En 2019, la route a fait 937 morts, soit une baisse de 41 % par rapport aux 1588 morts enregistrés en 2011 au début de la décennie d’action des Nations unies pour la sécurisation routière. L’action du ministre des Transports vise donc à consolider cette tendance.

Les estimations faites dans le cadre de l’étude d’Elaboration de la Stratégie nationale de prévention et de sécurité routières (2009) évaluent les pertes économiques subies par le Cameroun du fait des accidents de la route à près de 100 milliards FCFA par an, soit l’équivalent de 1 % du PIB de cette période.

D.M

Dernière modification le mardi, 29 décembre 2020 15:40

● E-Arnaques


● Fact Cheking




La téléphonie mobile au Cameroun (2010-2019)

InfographieSBBC telephonie mobile cameroun

 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.