Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Permis de conduire : l’ampleur des pratiques frauduleuses et la corruption inquiètent les syndicats

Permis de conduire : l’ampleur des pratiques frauduleuses et la corruption inquiètent les syndicats

Paru le lundi, 01 février 2021 10:51

Le président du Syndicat national des exploitants d’auto-écoles du Cameroun (Sneaec), François Ngah Messobo, dans une correspondance adressée le 18 janvier 2021 au ministre des Transports (Mintrans), note que « la délivrance frauduleuse des permis de conduire et la corruption (…) connaissent un développement exponentiel et inquiétant dans presque tous les centres d’examen du permis de conduire au Cameroun ».

Ces pratiques se traduisent notamment par l’absence de certains candidats lors de l’examen, mais qui se voient pourtant délivrer le permis de conduire ou la suppression de l’une des deux phases (écrite et pratique) de l’épreuve. Celles-ci sont rendues possibles par la corruption au profit des examinateurs.

En guise de riposte, le Sneaec annonce le déploiement dans les prochains jours d’une mission dans tous les centres d’examen du permis de conduire du pays afin d’observer le déroulement de cet examen national. Cette mission « devra s’assurer de l’affichage des listes de candidats, de la présence effective des candidats et du déroulement effectif des deux phases de l’examen ».

Pourtant, les exploitants d’auto-écoles ne sont pas épargnés par les accusations de fraude. Dans un communiqué publié le 12 juin 2020, le Mintrans, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe, informe qu’un audit réalisé dans le cadre du processus d’assainissement du fichier des centres de formation à la conduite automobile a permis de détecter que 396 dossiers sur les 540 transmis présentent des irrégularités.

Les auto-écoles ainsi épinglées se trouvent dans leur quasi-majorité dans les deux plus grandes villes du Cameroun, soit 133 à Yaoundé et 128 à Douala. De manière concrète, ces structures introduisent des pièces irrégulières dans leurs dossiers de demande d’agrément.

Des études établissent un lien entre ces manœuvres frauduleuses des organisateurs de l’examen du permis de conduire, les candidats et les exploitants d’auto-écoles ; et la recrudescence des accidents de la circulation.

Une évaluation faite par le cabinet Cyscom pour le compte du Minstrans établit qu’entre 2011 et 2017, 21 049 accidents se sont produits au Cameroun, causant 8140 morts. Les défaillances humaines, avec près de 70 %, arrivent largement en tête des causes de ces accidents.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.