Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Coronavirus : des marchés de proximité pour limiter les flux humains

Coronavirus : des marchés de proximité pour limiter les flux humains

Paru le mercredi, 01 avril 2020 14:15

Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (photo), dans un communiqué signé le 31 mars, informe le grand public que la Mission de régulation des approvisionnements des produits de grande consommation (Mirap) organise du 1er au 5 avril des marchés d’approvisionnement de proximité.

Dans son plan de riposte contre la propagation de la pandémie de coronavirus, le gouvernement camerounais a édicté, le 17 mars 2020, 13 mesures imposant notamment une régulation des flux de consommateurs dans les marchés. Cette opération, qui concerne Douala et Yaoundé, vise à faciliter le reste de cette mesure. Concrètement, il sera respectivement érigé dans les deux plus grandes villes du pays trois et quatre points d’approvisionnement en produits vivriers et saisonniers. Le ministre du Commerce précise que les consommateurs peuvent s’approvisionner de manière continue dans les villes de Maroua, de Garoua, de Ngaoundéré, de Bertoua et d’Ebolowa, où la Mirap dispose de points de vente appelés magasins témoins.

La Mirap a été créée le 1er février 2011 pour servir d’alerte, acheter, importer et stocker les produits de grande consommation dans l’optique d’un approvisionnement du marché dans de meilleures conditions. « Le modèle que nous avons choisi, à savoir celui de faire que le producteur vienne sur le marché pour proposer son produit, nous permet de réduire le nombre d’intervenants qu’il y a dans la chaîne, de manière à ce que sur le marché Mirap les produits se vendent à des prix qui défient toute concurrence », a confié Cyprien Bamzok Ntol, son administrateur, à la presse en janvier 2020.

Mais cet établissement public doté d’une autonomie financière, qui vit grâce à une subvention de l’État, végète. Un ancien cadre de la maison, dans sa lettre de démission, dénonce « l’inertie, le manque de vision stratégique et la navigation à vue érigés en mode de management à la Mirap ». Des errements qui ont décidé la présidence de la République à commander une mission d’audit au cabinet Deloitte.

D.M.

Dernière modification le mercredi, 01 avril 2020 14:18

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam