Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Etats-Unis : l’avocat Nsahlai veut faire inculper le « Gouvernement d'Ambazonie » pour trafic d’armes

Etats-Unis : l’avocat Nsahlai veut faire inculper le « Gouvernement d'Ambazonie » pour trafic d’armes

Paru le mercredi, 01 décembre 2021 16:14

Accusée de trafic d’armes à travers le Nigeria au profit des séparatistes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, Edith Ngang devait connaître son verdict ce 3 décembre au Maryland, Etats-Unis. La sentence a été renvoyée après un recours de l’avocat Emmanuel Nsahlaï qui demande des enquêtes supplémentaires sur l’accusée au sujet de son rôle dans « Gouvernement intérimaire d'Ambazonie », branche politique de nombreux groupuscules séparatistes sur le terrain.

« Nous avons signalé aux procureurs fédéraux que le complot de trafic d'armes va bien au-delà d'Edith Ngang et des sept autres personnes arrêtées et inculpées. Nous avons constaté que toute la hiérarchie du ‘Gouvernement intérimaire d'Ambazonie’ et ses membres de cabinet sont impliqués. En conséquence, d'autres enquêtes sont en cours et sa date de condamnation est annulée », explique Emmanuel Nsahlaï, l’avocat d’origine camerounaise qui traque les leaders séparatistes réfugiés dans les pays étrangers, notamment aux Etats-Unis.

C’est juin dernier que Edith Ngang, la « Secrétaire d'Etat pour la santé et les services sociaux » dans le « gouvernement intérimaire d’ambazonie » créé par Sissiku Ayuck Tabe et dirigé pour l’heure par Samuel Sako Ikome ; a été inculpée pour trafic d’armes. Elle comparaît libre et risque jusqu’à 20 ans de prison.

« Nous avons noté que ses crimes ne sont pas seulement le trafic d'armes, mais aussi le complot pour tuer, détruire des biens au Cameroun, les enlèvements, les violations des droits humains et autres crimes violents », explique Emmanuel Nsahlaï.

A noter qu’Edith Ngang a plaidé coupable des charges qui pèsent contre elles et s’est engagée, dans un accord de plaidoyer d’avril dernier consulté par SBBC, à coopérer avec les forces de l'ordre en ce qui concerne les autres conspirateurs. « Cependant, si leurs enquêtes montrent que nous avons raison et qu'elle est coupable de plus de crimes, ils peuvent l'accuser de crimes supplémentaires », explique l’avocat.

« Nous faisons pression pour que les procureurs l'inculpent de plus de crimes. En plus d'ajouter l'ensemble du cabinet du gouvernement intérimaire d'Ambazonie », rappelle Emmanuel Nsahlaï.

Ludovic Amara

Lire aussi : Crise anglophone : des camerounais d’origine inculpés aux États-Unis pour trafic d’armes au profit des séparatistes

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes