Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Port de la ceinture de sécurité : une obligation « vitale » mais peu respectée au Cameroun

Port de la ceinture de sécurité : une obligation « vitale » mais peu respectée au Cameroun

Paru le vendredi, 02 octobre 2020 16:20

Dans la ville de Douala, 56,4% des conducteurs de voitures ne portent pas de ceinture de sécurité. La situation est plus grave à Yaoundé où près de 70% des chauffeurs ne font pas usage de ce dispositif de sécurité. Mais les taux de port des ceintures de sécurité les plus bas sont enregistrés à Bafoussam (25,3%) et à Ngaoundéré (18,5%). En d’autres termes, le nombre de conducteurs qui font fi du port de sécurité dans ces deux villes cumule respectivement à 74,7% et 79,5%.

Ces statistiques sont tirées d’une étude récemment réalisée dans ces quatre villes par le cabinet Safe Root, une structure spécialisée en sécurité routière. Réalisé à partir d’un échantillon de 1000 personnes, le rapport de Safe Root révèle que les conducteurs portent plus régulièrement leur ceinture de sécurité (38,4%) comparativement aux passagers à bord (29,5%).

Du point de vue du genre, l’on apprend que « le taux de port de ceinture de sécurité est plus élevé chez les femmes (46,7%) que chez les hommes (34,3%) ». À Douala par exemple 55,9% des femmes au volant portent leur ceinture de sécurité.

Un des auteurs de l’étude rappelle que le Code de la route au Cameroun rend obligatoire le port de la ceinture pour le conducteur et les passagers avant des véhicules depuis 1979, « compte tenu de son importance et de son efficacité dans la réduction des traumatismes en cas d’accident ». Une contravention et une amende sont prévues. Un arrêté du ministère des Transports datant du 23 juillet insiste sur cette obligation.

Plusieurs raisons expliquent ce faible taux du port des ceintures de sécurité. Pour 22,9% des personnes interrogées, ce comportement vient de leur non-maîtrise du Code de la route. 20,7% indexent la tolérance dans l’application de la réglementation et 17,7% prétextent de l’inconfort (chaleur, grossesse, surpoids, saleté de la ceinture…) qui serait lié au port de la ceinture. Les prescriptions médicales et l’absence de ceinture de sécurité dans le véhicule justifient cet état de choses chez 27 %.

Contrairement aux idées reçues, s’attacher est indispensable y compris quand on roule à petite vitesse en zone urbaine. Ce dispositif permet de réduire considérablement les traumatismes en cas d’accident. « En cas de choc, le conducteur ne pourra pas se protéger suffisamment en s’agrippant au volant. La force de ses bras ne lui évitera pas de percuter le pare-brise. De même avec les passagers, à l’avant comme à l’arrière », explique Safe Root.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.