Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Mesures barrières Covid-19 : face à l’indiscipline, le gouverneur du Centre entend passer à la répression

Mesures barrières Covid-19 : face à l’indiscipline, le gouverneur du Centre entend passer à la répression

Paru le mercredi, 03 juin 2020 15:17

L’annonce de l’assouplissement de certaines mesures restrictives de riposte contre la pandémie de coronavirus (Covid-19) le 30 avril dernier, notamment la réouverture des débits de boissons au-delà de 18h et la levée de la limitation du nombre de places dans les transports en commun, a entrainé un relâchement dans l’application des gestes barrières. Des attitudes d’incivisme qui favorisent la propagation de la maladie.

Face à cette situation, le gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea (photo), annonce le lancement des campagnes de sensibilisation des populations sur les mesures gouvernementales de lutte contre la Covid-19 ce jeudi 4 juin 2020 à Yaoundé, épicentre de l’épidémie. Celles-ci se feront notamment dans les bars et les points de rassemblement des mototaxis, a déclaré l’autorité administrative ce mardi sur les ondes de la radio nationale. Après cette opération, le gouverneur entend passer à phase répressive en sanctionnant les contrevenants.

L’assouplissement de certaines mesures contre la Covid-19 a e effet été perçu par une partie de la population comme la fin de la maladie dans le pays. « Le Cameroun n’a pas encore vaincu le coronavirus », a toutefois tempéré le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, lors d’un entretien le 8 mai dernier à la télévision publique. Ce dernier avait déclaré qu’il fallait « renforcer » lesdites mesures.

Au regard de l’indiscipline observée dans l’application de ces mesures, le ministre de la Décentralisation et du Développement local (Minddevel), Georges Elanga Obam, avait, le 13 mai dernier, demandé aux maires d’infliger des amendes aux populations pour non-respect du port du masque, obligatoire dans tous les lieux publics depuis le 13 avril.

« Le montant de l’amende à payer par les contrevenants, conformément au Code général des collectivités territoriales décentralisées, doit être compris entre 500 et 2000 francs », écrivait le Minddevel dans un message-porté adressé aux préfets pour répercussion aux maires. Le 14 mai, soit au lendemain de sa décision, le ministre avait à nouveau saisi les préfets pour leur demander de surseoir à cette initiative, sous réserve de nouvelles instructions.

P.N.N

Lire aussi:

Le gouvernement invite les maires à punir le défaut de port du masque par une amende

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.