Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Soupçons de corruption : Libom Li Likeng demande l’annulation du dernier recrutement à l’ART

Soupçons de corruption : Libom Li Likeng demande l’annulation du dernier recrutement à l’ART

Paru le lundi, 03 août 2020 17:40

Un désaveu des organes dirigeants de l’Agence de régulation des télécommunications (ART). Dans une correspondance adressée au directeur général (DG), Philémon Zoo Zame, la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Minette Libom Li Likeng, demande l’invalidation en sa qualité de tutelle technique plusieurs résolutions adoptées au cours des dernières sessions du conseil d’administration.

Par exemple, la Minpostel demande au DG d’annuler le processus de recrutement en cours de certains cadres au motif que celui-ci s’est « effectué directement sans test ni respect du plan d’organisation des effectifs et des besoins réels en ressources humaines ». Plus grave, souligne Minette Libom Li Likeng, de forts soupçons de corruption et de marchandage des postes entourent le processus.

En effet, dans une correspondance adressée le 2 juillet 2020 à la Minpostel, la présidente du conseil d’administration (PCA), Justine Diffo, demande le remplacement de Simon Kaldjob, administrateur représentant des usagers et bénéficiaires des communications électroniques. Ce dernier, écrit la PCA, « a saisi l’occasion d’une réunion informelle de préparation du conseil (…) pour poser un problème de recrutement de deux candidats, d’abord pendant ladite réunion, puis par des échanges électroniques avec proposition de fortes sommes » d’argent.

Or, dans le même temps, une note attribuée au DG (qui a démenti en être l’auteur, même si des sources proches de la tutelle technique soutiennent mordicus qu’elle émane de lui notamment parce qu’elle contient des informations partagées en petit comité) et destinée au secrétaire général du Sénat accuse la PCA de s’être octroyée plus de 20 postes sur les 40 ouverts dans le cadre de ce recrutement décidé de commun accord par les organes dirigeants de l’entreprise. « C’est d’ailleurs connu à l’ART qu’elle vendait les postes de recrutement pour des montants compris entre 5 et 6 millions », précise la note.

Drôle de coïncidence, ces montants correspondent à ceux évoqués dans un échange électronique entre la PCA et l’administrateur dont de larges extraits ont fuité dans les réseaux sociaux. Interrogée sur ces accusations de corruption et de marchandes des postes, la PCA renvoie l’auteur de ces lignes vers le DG en assénant : « Demandez-lui les détails. Qu’il assume ».

Face à cette situation, Minette Libom Li Likeng a engagé le DG « une fois de plus, à l’impératif de conformité, dans votre action, et à votre compétence aux règles de rigueur en matière de gouvernance moderne ».

Dominique Mbassi

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.