Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Accusés de corruption ou de harcèlement sexuel, des directeurs d’école primaire relevés de leurs fonctions

Accusés de corruption ou de harcèlement sexuel, des directeurs d’école primaire relevés de leurs fonctions

Paru le vendredi, 04 juin 2021 08:05

Le ministre de l’Éducation de base (Minedub), Laurent Serge Etoundi Ngoa, a relevé de leurs fonctions le 27 mai des directeurs d’écoles primaires publiques dans les régions du Centre, du Littoral et de l’Adamaoua. Tous sont accusés « d’indélicatesses » dans l’exercice de leurs fonctions. Six d’entre eux, dont un cadre du Minedub, sont sanctionnés pour des pratiques de corruption « constatées et avérées ».

Il s’agit du directeur de l’école publique d’EbolZock (Mefou et Afamba), du directeur de l’école publique inclusive d’application groupe 1 A de Ntui (Mbam et Kim), de la directrice de l’école publique groupe 1 de Mbangassina (Mbam-et-Kim), du directeur de l’école publique groupe 2 de Mbangassina (Mbam-et-Kim), du directeur du Government Bilingual Primary School de Pouma-Centre (Sanaga-Maritime), ainsi que du chef de bureau des activités post et périscolaires à l’inspection d’arrondissement d’éducation de base de Mbangassina (Mbam-et-Kim).

Le directeur de l’école publique d’application de Baladji 2 à Ngaoundéré est, quant à lui, accusé de harcèlement sexuel auprès de ses collaboratrices enseignantes. Les mis en cause ont été sanctionnés au terme « d’investigations appropriées », précise le Minedub.

Ces sanctions ne sont pas les premières depuis le début de l’année en cours. Six directeurs d’écoles des régions du Centre et de l’Extrême-Nord avaient déjà été suspendus de leurs fonctions en janvier dernier pour des faits de corruption.

Le Minedub fait partie des 12 secteurs répertoriés comme les plus corrompus par la Commission nationale anticorruption (Conac) dans son rapport 2019. Ce département ministériel et celui des Enseignements secondaires y figurent en 8e position avec 248 dénonciations.

Depuis une dizaine d’années, la Conac mène une campagne de sensibilisation contre la corruption en milieu scolaire en début de chaque année scolaire. L’objectif visé est notamment de sensibiliser les responsables d’établissements sur les enjeux de la bonne gouvernance et de l’éthique en période des inscriptions scolaires, alors que de nombreux parents se plaignent souvent du monnayage des places lors desdites inscriptions et des recrutements.

P.N.N

Lire aussi:

Gouvernance : la Conac établit le hit-parade des secteurs les plus touchés par les accusations de corruption

Dernière modification le vendredi, 04 juin 2021 08:10

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.