Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Un bus de footballeurs attaqué par un groupe armé à Bamenda

Un bus de footballeurs attaqué par un groupe armé à Bamenda

Paru le jeudi, 05 mars 2020 16:52

Un bus transportant des joueurs de l’équipe de football Dragon de Yaoundé a fait l’objet d’une attaque le 4 mars 2020 à Bamenda, dans la région anglophone du Nord-Ouest. Selon des témoignages relayés par les médias, le bus en provenance de Yaoundé a été intercepté à l’entrée de la ville par un groupe armé.  

« Les joueurs et les encadreurs, dont le président du club, Jérôme Komé, ont d’abord été dépouillés de leurs téléphones portables et d’une somme de 217 000 FCFA. Mais les agresseurs ont consenti à leur remettre 100 000 FCFA », rapporte le journaliste sportif Bonney Philipe.

« Nous sommes tombés au mauvais endroit au mauvais moment », a commenté le président du club dans une interview accordée à nos confrères d’Olympia Sports. « Malgré le traumatisme, Dragon ne va pas briser la chaîne de programmation de matches à Bamenda. Après l’incident, nous avons joué en toute sécurité et peu importe notre défaite. J’invite les clubs programmés à Bamenda de juste respecter les timings et d’aller jouer leurs matches », a déclaré le promoteur de Dragon club.

L’équipe de football se rendait à Bamenda dans le cadre d’un match comptant pour la 26e journée de la Ligue 1, contre PWD, une équipe de football basée dans cette ville.

La partie anglophone du Cameroun, constituée des régions Nord-Ouest et du Sud-Ouest, traverse une crise depuis plus de trois ans. Les populations de ces régions accusent le coup des attaques, rapts et enlèvements perpétrés des bandes armées se revendiquant du mouvement sécessionniste de l’Amazonie.

Le milieu sportif n’est pas épargné par les actes de ces groupes. Le club Yong Sport Academy de Bamenda en a payé un lourd tribut en mars 2019. Emmanuel Ndoumbé Bosso, l’entraîneur de cette équipe a été enlevé le 19 mars 2019 par une faction séparatiste. Les auteurs de ce kidnapping ont exigé le payement d’une rançon contre sa libération. Dans la même semaine, une quinzaine de joueurs évoluant dans le club de l’université de Buea (sud-ouest) ont été également pris en otage pour des raisons similaires.

BE

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam