Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
La production de la chloroquine autorisée pour traiter le coronavirus

La production de la chloroquine autorisée pour traiter le coronavirus

Paru le mardi, 07 avril 2020 16:15

Le ministre de la Santé publique (Minsanté), Manaouda Malachie, dans une correspondance datée du 6 avril 2020, demande au ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi), Madeleine Tchuinté, « de bien vouloir lancer, dès ce jour, la production » de la chloroquine.

Pour motiver sa démarche, le Minsanté note que « le protocole de soin mis en place par les cliniciens, dans le cadre du traitement des patients positifs au Covid-19, est construit autour de la chloroquine ». Or, précise Manaouda Malachie, ce produit a été retiré de notre marché depuis quelques années. Du coup, « les unités de prise en charge des malades de Covid-19 se trouvent actuellement en rupture dudit produit ».

Lors de son exposé au cours du conseil de cabinet du 27 mars, le Minresi a soutenu que ses services techniques sont outillés pour la production de la chloroquine. Le directeur général de l’Institut de recherches médicales et d’études des plantes médicinales confirme d’ailleurs que cette compétence est reconnue à l’organisme depuis 15 ans dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

Le Pr. Jean-Louis Essame Oyono se veut plus précis : « Nous avons déjà les équipements et au moment où je vous parle, nous avons commandé la matière première en Chine et en Indonésie. Aussitôt que cette matière première sera là, nous allons faire les comprimés d’hydroxychloroquine qui est l’association de la chloroquine et de l’Azithromicine ». D’après le Minresi, l’IMPM peut produire jusqu’à 6000 comprimés de chloroquine par minute.

D.M.

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.