Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
BTP : pourquoi le Matgénie peine à payer ses employés qui accumulent 13 mois d’arriérés

BTP : pourquoi le Matgénie peine à payer ses employés qui accumulent 13 mois d’arriérés

Paru le lundi, 07 juin 2021 14:27

« Au secours M. le président de la République. Trop, c’est trop, nous sommes fatigués. 13 mois sans salaire ». Ce sont les messages gravés sur une banderole qui barre l’entrée principale du Parc national de matériel de génie civil (Matgénie) depuis les premières heures du 7 juin 2021.

Dans un communiqué, les délégués du personnel expliquent qu’« en date du 30 avril, le directeur général (DG) a rassemblé l’ensemble du personnel en service à Yaoundé pour une communication spéciale sur la situation des arriérés de salaire. » À cette occasion, il a pris l’engagement d’éponger les arriérés de manière progressive en commençant par le versement de deux mois de salaire en mai.

Mais le 28 mai, le DG, Désiré Abogo Ntang, convie les délégués du personnel pour leur expliquer que « l’engagement de payer deux mois de salaires est conditionné par le paiement de deux décomptes des travaux effectués par le ministère des Travaux publics », sa tutelle technique. Si ce dernier reste d’actualité, toutefois, il connait un léger glissement de date.

Masse salariale asphyxiante

Dans l’histoire du Matgénie, les difficultés de paiement des salaires ne datent pas d’aujourd’hui. « Un proche qui travaille au Matgénie est obligé, à l’insu de la direction générale, d’exécuter des marchés avec les engins de l’entreprise pour s’en sortir », confie une source.

Selon la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic (CTR), les charges de personnels du Matgénie sont asphyxiantes. En 2019, elles ont absorbé « 89,95% du chiffre d’affaires » de l’unique entreprise publique spécialisée dans le BTP.

« Cette situation pourrait constituer à terme un risque budgétaire pour l’État, si la tendance n’est pas inversée », croit savoir la CTR. L’organisme étatique note par ailleurs qu’au sein du Matgénie « la paix sociale est menacéeen raison du paiement irrégulier des salaires, ainsi que le règlement des prestations sociales ».

À son arrivée le 16 juin 2017, l’actuel DG a initié un plan de redressement de l’entreprise. « Le déploiement marketing impulsé au sein de la société depuis 2018 lui a permis d’avoir un portefeuille important de commandes, qui n’arrivent pas à être exécutées en raison des difficultés de trésorerie », fait observer la CTR.

Trésorerie insuffisante

Sauf que, faute de trésorerie, le Matgénie peine à exécuter ses contrats. D’après le rapport de la CTR, en 2019, l’entreprise a gagné des contrats de prestation pour un montant de 12,4 milliards de FCFA. Mais, elle n’a pas été capable de réaliser « des travaux facturables qu’à hauteur de 1,3 milliard de FCFA, soit un taux de réalisation de 11% ».

C’est que, le Matgénie, jusque-là exclusivement dédié à la location des engins du génie civil, est habilité depuis 2015 à effectuer des prestations dans le secteur du BTP. Mais elle fait face à une panne d’équipements. Pour surmonter cet écueil, son management a signé en 2019 avec la société belge DEM Group, un partenariat en vue de l’acquisition de plus de 600 engins pour un montant de 157 milliards de FCFA.

Mais à cause des blocages administratifs, ce partenariat tarde à se matérialiser, privant ainsi le Matgénie d’une niche extraordinaire d’opportunités. En effet, l’entreprise a signé de nombreuses conventions avec la plupart des 374 collectivités territoriales décentralisées que compte le Cameroun pour l’entretien de leurs routes.

Dominique Mbassi

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.