Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Lutte contre la criminalité : la gendarmerie interpelle une dizaine de ravisseurs présumés dans le Nord

Lutte contre la criminalité : la gendarmerie interpelle une dizaine de ravisseurs présumés dans le Nord

Paru le lundi, 07 septembre 2020 06:00

C’est un grand coup que viennent de réaliser les gendarmes dans le Nord. En quelques jours, ils ont mis hors d’état de nuire une quinzaine de criminels qui semaient la terreur au sein de la population dans plusieurs localités de cette région, dont une dizaine de ravisseurs présumés.

À Touroua et Tchéboa, dans le département de la Bénoué, trois preneurs d’otages présumés ont été arrêtés. « Pendant plus de cinq jours, nous avons ratissé plus de trois villages où nous avons pu interpeller plusieurs suspects. Nous avons également eu à mettre la main sur plusieurs motocyclettes volées qui sont utilisées par les malfaiteurs », a déclaré à la CRTV, la radio gouvernementale, vendredi 4 septembre, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Garoua III à Ngong, Fils Tang.

Quatre autres ravisseurs présumés ont été appréhendés lors d’opérations de ratissage menées par la compagnie de gendarmerie de Garoua II à Pitoa dans les localités de Bibémi, Baschéo et de Dembo, toujours dans la Benoué. Dans le département du Mayo-Louti, les forces de sécurité ont mis la main sur trois suspects interpellés avec notamment trois armes de fabrication artisanale en leur possession. « Dans le canton de Goloza, nous avons démantelé un réseau de preneurs d’otage avec demande de rançons. Nous remercions la population pour la collaboration et les invitons à collaborer davantage », a indiqué le capitaine Ousmaïla Adji, commandant de la compagnie de gendarmerie de Guider.

Ces arrestations s’inscrivent dans le cadre de l’opération Adamaoua-Nord (Adano), prescrite par le président de la République pour mettre un terme au phénomène d’enlèvements et de prises d’otages dans ces deux régions septentrionales du pays. Dans un rapport publié l’année dernière, l’association Mboscuda (Mbororo Social and Cultural Development Association) révélait que plus de 300 personnes avaient été kidnappées et plus de 2 milliards de FCFA de rançons payées aux ravisseurs entre 2015 et 2018. L’association indiquait également qu’une trentaine de personnes avaient été tuées et 8 000 bœufs volés sur la même période.

P.N.N

Dernière modification le lundi, 07 septembre 2020 06:29

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.