Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Enseignements secondaires : des grévistes observent une pause après le discours de Paul Biya

Enseignements secondaires : des grévistes observent une pause après le discours de Paul Biya

Paru le lundi, 08 janvier 2024 15:34

Les enseignants qui se reconnaissent du mouvement On a trop supporté (OTS) ont choisi de reprendre les cours cette semaine, comme tous les autres mouvements et syndicats d’enseignants qui ont rejoint le Collectif des organisations des enseignants du Cameroun (Corec). Ce collectif l’a fait savoir dans un communiqué rendu public ce 6 janvier. Le communiqué parle d’une trêve sans plus. Des membres du Corec ajoutent en aparté qu’il s’agit d’une pause d’une durée d’un mois.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que c’est le discours du président Paul Biya du 31 décembre dernier qui a conduit à cette trêve. « Il est certes vrai que le président nous a servi une menace. Mais il a aussi parlé de dialogue », indique Xavier Vemba, un des porte-paroles du mouvement. Paul Biya a effectivement eu le ton ferme face à cette grève en promettant des « mesures fermes » pour veiller à ce que les classes se déroulent normalement. Le président commande pour cela un « dialogue constructif » avec les syndicats reconnus. Et à en croire Xavier Vemba, c’est cette offre de dialogue que les grévistes ont décidé de saisir.

Revendications

Ces derniers espèrent maintenant que le gouvernement va se presser de créer le cadre de dialogue pour ne pas fait mentir le président. Si on en croit les membres du Corec, le gouvernement donne rendez-vous aux enseignants en colère dans les prochains mois pour des négociations dans le cadre de la tenue du Forum national de l’éducation (FNE) en préparation dans les services du Premier ministère. Cet évènement est présenté comme les états généraux du secteur de l’éducation.

Dans le communiqué du Corec, il est mentionné que la trêve observée dès cette semaine va aussi permettre de mieux préparer les travaux du FNE. Xavier Vemba rappelle toutefois que les enseignants ont trois principales revendications. La première concerne le payement de la dette due aux enseignants. Le président Paul Biya a d’ailleurs fait savoir qu’une provision de 102 milliards de francs CFA a été constituée dans le budget de l’exercice 2024, après une dépense de plus de 72 milliards de FCFA effectuée en 2023.

La deuxième revendication concerne l’automatisation des actes de carrière et la revendication la plus importante est le statut spécial de l’enseignant. Une ébauche élaborée par les mouvements comme On a trop supporté (OTS) a été envoyée au Premier ministère et même à la présidence de la République en mai 2022.

Michel Ange Nga

Enseignements secondaires : pourquoi le Forum national de l’éducation révulse le mouvement OTS

Enseignements secondaires : OTS maintient son mot d’ordre de grève malgré l’intervention du gouvernement

Éducation : comment les autorités administratives tentent de briser le mouvement de grève des enseignants

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.