Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Extrême-Nord : les CVUC favorisent l’insertion socioprofessionnelle des jeunes exposés aux recrutements de Boko Haram

Extrême-Nord : les CVUC favorisent l’insertion socioprofessionnelle des jeunes exposés aux recrutements de Boko Haram

Paru le mardi, 08 février 2022 18:36

126 apprenants, dont des élus locaux et les personnels des communes de la région de l’Extrême-Nord, entrent en formation le 21 mars prochain à Maroua. Les Communes et villes unies du Cameroun (CVUC) se donnent pour objectif de les outiller afin qu’ils soient capables de promouvoir l’insertion socioprofessionnelle des jeunes. Un enjeu majeur pour cette région traversée par une crise sécuritaire due à Boko Haram.

« La secte islamique a souvent été soupçonnée de recueillir ces jeunes parce qu’ils n’ont rien à faire. Les collectivités territoriales décentralisées doivent s’impliquer au niveau local au plus proche des populations pour encadrer ces jeunes », fait savoir Jean Baptiste Atemengue, le représentant des CVUC dans ce projet de formation et par ailleurs maire de la commune de Ngoumou (région du Centre).

C’est le Programme national de formation aux métiers de la ville (PNFMV) qui aura la charge de conduire cette formation. Un choix qui cadre bien avec les missions assignées à cet organe chapeauté par les CVUC. Le PNFMV se donne en effet pour objectif d’outiller les collectivités territoriales décentralisées, les élus et les cadres des communes ainsi que le conseil régional à pouvoir élaborer des stratégies de développement de l’économie locale et des stratégies de développement d’emplois locaux orientées vers la jeunesse, selon les explications de Léonard Emmanuel Bomba, le coordonnateur du PNFMV.

Reconstruction de la région

Concernant ce projet de formation, Léonard Emmanuel Bomba indique qu’il est question de rechercher « le développement économique local et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes dans la région de l’Extrême-Nord. Il s’agit d’une contribution à la reconstruction de la région ».

Ainsi, au terme de cette formation, les conseillers municipaux et le personnel des mairies, qui vont prendre part à cette formation, devront être capables de promouvoir des activités d’insertion socioprofessionnelles pour qu’ils puissent être des activités génératrices de revenus pour les jeunes de la région de l’Extrême-Nord.

Le choix de cette région n’est pas anodin. L’Extrême-Nord est en effet en quête d’assistance. Une étude menée en août 2018 par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), sur filières économiques et de formation à fort potentiel d’emploi pour les jeunes et les femmes dans l’Extrême-Nord, a montré que 74,3 % de la population vit sous le seuil de pauvreté avec une moyenne nationale du taux de pauvreté fixé à 34,5 %.

Le gouvernement qui accompagne ce projet de formation veut améliorer cette statistique en impulsant des conditions d’emplois pour les jeunes. Le PNFMV peut compter sur le soutien de coopération française, en l’occurrence celle du Centre de crise et de soutien du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères.  

Michel Ange Nga

Lire aussi :

Extrême-Nord : l’armée construit plus de 100 écoles dans 46 villages affectés par Boko Haram

Extrême-Nord : le gouvernement veut relancer le Plan présidentiel de reconstruction de la région victime de Boko Haram

● E-Arnaques


● Fact Cheking




Plus de 100 000 PME créées au Cameroun en quatre ans

InfographieFormation PME cameroun

 

Please publish modules in offcanvas position.