Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Hausse des prix des carburants : des syndicats agitent la menace d’une grève générale

Hausse des prix des carburants : des syndicats agitent la menace d’une grève générale

Paru le vendredi, 09 février 2024 11:38

La Cameroon Workers Forum (Cawof), qui regroupe une dizaine de confédérations syndicales, a dénoncé, ce 8 janvier, au terme d’une réunion des présidents de syndicats, « la nouvelle hausse des prix du carburant intervenue le 2 février 2024 portant le total des hausses cumulées en un an à plus de 33% ». La Cawof rejette ainsi « totalement » les nouveaux prix fixés, selon ses membres « de manière arbitraire » alors que le gouvernement justifie cette deuxième hausse des prix, en l’espace d’un an, par « la nécessité de résorber les contraintes budgétaires croissantes auxquelles l’État est confronté et d’éviter les tensions dans l’approvisionnement du marché national en produits pétroliers ». Il faut dire que selon les autorités, la subvention destinée à soutenir la consommation des produits pétroliers a atteint 1 000 milliards de FCFA en 2022, avant de redescendre à 640 milliards de FCFA en 2023, à la faveur de la première hausse des prix à la pompe intervenue le 1er février 2023.

Malgré ces explications, la dizaine de confédérations syndicales membres du Cawof « se réservent le droit d’appeler les travailleurs à se mobiliser pour une grève générale » en l’absence de « réponse positive du gouvernement aux revendications ». Et déjà, le Cawof appelle les unions départementales à « suspendre leurs participations à toutes les réunions concernant l’organisation de la 138e Fête internationale du travail qui pourrait être boycotté en cas de non prise en compte des revendications des confédérations syndicales ».

Il s’agit précisément des unions départementales de la Confédération syndicale des travailleurs du Cameroun, de la Confédération des syndicats autonomes du Cameroun, de l’Union des syndicats libres du Cameroun, de la Cameroon Confederation of Workers Trade Union, de la Confédération entente nationale des travailleurs du Cameroun, de la Confédération des travailleurs unis du Cameroun, de la Confédération camerounaise du travail, de la Confédération générale des syndicats des travailleurs du Cameroun, de la Confédération générale du travail-liberté, de la Centrale syndicale du secteur public et de la Confédération des syndicats indépendants du Cameroun.

Depuis le 3 février, de nouveaux prix sont pratiqués à la pompe, sur décision du gouvernement. Le litre de super coûte désormais 840 FCFA contre 730 FCFA auparavant, tandis que le litre de gasoil est passé à 828 FCFA, contre 720 FCFA précédemment. L’augmentation opérée est de l’ordre de 15% par rapport aux prix jusque-là pratiqués, soit 110 FCFA et 108 FCFA d’augmentation respectivement. Une situation que dénoncent les syndicats membres de la Cawof. Ceux-ci pointent des hausses qui viennent s’ajouter à des contraintes fiscales imposées par la loi de finances 2024 et à « des politiques libérales menées depuis plusieurs décennies (qui) ont dilué progressivement et inexorablement le pouvoir d’achat des travailleurs ».

Pour préserver le pouvoir d’achat, le gouvernement envisage, comme l’an dernier, de mettre en œuvre, à brève échéance, des mesures d’accompagnement. Il s’agit de la revalorisation de 5% du salaire de base des agents publicsl’ouverture du dialogue avec le secteur privé sur le Smig (il est de 41 875 FCFA dans le public et 60 000 FCFA dans le privé)l’allègement de certaines charges fiscales et douanières dans le secteur du transport routier.

« Le gouvernement fera tout ce qui est possible pour que l’usager camerounais puisse vivre convenablement. Parce que nous sommes dans une perspective de travail décent (…). Nous nous tenons à la disposition des partenaires sociaux à qui nous avons déjà demandé de nous faire des propositions sur lesquels nous allons travailler », rassure pour sa part le ministre du Travail et de la Sécurité sociale. Grégoire Owona (photo) s’est exprimé le 6 février lors d’une conférence de presse organisée par le gouvernement sur l’augmentation des prix des carburants.

Ludovic Amara

Lire aussi :

Produits pétroliers : l’État du Cameroun déplore un manque à gagner de plus de 2 000 milliards de FCFA sur 10 ans 

Dernière modification le vendredi, 09 février 2024 11:51

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Please publish modules in offcanvas position.