Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Consommation de l’alcool dans les débits de boissons : la volte-face du gouverneur du Littoral

Consommation de l’alcool dans les débits de boissons : la volte-face du gouverneur du Littoral

Paru le jeudi, 09 avril 2020 15:55

Après avoir interdit la consommation d’alcool dans les bars et autres lieux dédiés dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19), le gouverneur du Littoral a fait marche arrière, il y a quelques jours. Samuel Dieudonné Ivaha Diboua (photo) a décidé de « rapporter » son arrêté du 2 avril dernier portant interdiction de la consommation sur place des boissons alcooliques, traditionnelles et des vins dans les débits de boissons, stations-service, établissements commerciaux et autres lieux aménagés à cet effet. L’information est contenue dans un message-porté du 6 avril dernier du préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, adressé aux sous-préfets, aux maires et aux responsables des forces de l’ordre et qui a fuité sur Internet.

Le patron du Littoral demande ainsi de s’en tenir aux mesures édictées par le Premier ministre, notamment celle relative à la fermeture systématique des débits de boissons, des restaurants et des lieux de loisirs à partir de 18 heures. « Un point d’honneur » sera mis sur la sensibilisation et la pédagogie, indique le préfet du Wouri.

En décidant d’interdire la consommation d’alcool dans les bars, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua emboîtait ainsi le pas à son homologue de l’Est, Grégoire Mvongo. Ce dernier avait été le premier à prendre cette mesure dans un arrêté signé le 31 mars. Le gouverneur du Littoral expliquait avoir pris cette décision pour endiguer la propagation du Covid-19 dans sa zone de commandement.

La ville de Douala compte officiellement 255 cas de personnes contaminées au nouveau coronavirus (sur les 730 cas au total) pour 14 personnes guéries, selon un bilan communiqué dans la soirée du mercredi 8 avril 2020. Ce qui fait de la métropole économique du Cameroun, le deuxième plus important foyer de l’épidémie derrière Yaoundé (415 cas). La plupart de ces cas ont notamment été détectés grâce à la campagne de « testing massif », organisée par le ministère de la Santé publique (Minsanté) à Douala afin d’identifier des cas au sein de la population.

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.