Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Elite One et Two: Narcisse Mouelle Kombi dément avoir attribué 22 stades à la LFPC

Elite One et Two: Narcisse Mouelle Kombi dément avoir attribué 22 stades à la LFPC

Paru le vendredi, 09 octobre 2020 12:49

Le ministre des Sports et de l’Éducation physique (Minsep), Narcisse Mouelle Kombi (photo), dément avoir mis à la disposition de la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), 22 stades pour l’organisation des matchs des championnats Elite One et Two.

« Il s’agit d’une interprétation erronée et d’une présentation galvaudée des résolutions d’une réunion de concertation tenue (…) le 30 septembre 2020 avec la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) et la LFPC, présidée par le secrétaire général du Minsep, au sujet de la reprise du championnat professionnel de football », a déclaré le ministre dans un communiqué publié en début de ce mois d’octobre.

« Au cours de cette réunion, les différents stades éventuellement disponibles ont été recensés, et les projets de convention entre le Minsep et les différentes parties présentés, en vue d’un démarrage imminent des susdits championnats et des compétitions et matchs internationaux », a-t-il tenu à préciser.

Dans un communiqué le 30 septembre, le secrétaire général par intérim de la LFPC, Benjamin Bayeck, a indiqué que le Minsep a « octroyé » à la Ligue 22 stades pour les matchs de Ligue 1 et 2. Notamment les stades annexes d’Olembé (Yaoundé) et de Japoma (Douala), deux infrastructures sportives nouvellement construites dans la perspective de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) et du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) que le pays organise respectivement en 2022 et 2021.

Narcisse Mouelle Kombi rappelle que ces stades, « fruits d’importants investissements publics », méritent une attention particulière et permanente. En attendant la « signature formelle » des conventions liant son département ministériel à la Fecafoot et à la LFPC, et sous-réserve du respect des engagements pris par le Cameroun vis-à-vis de la Confédération africaine de football (CAF) dans le cadre de l’organisation de la CAN et du CHAN, il invite toutes les parties « à préserver un climat de sérénité et de franche collaboration, gage d’une bonne préparation » de ces deux compétitions africaines.

Bras de fer

Initialement prévu le 26 septembre, le championnat professionnel de football a été reporté au mois d’octobre en « raison des incertitudes relatives à la situation sanitaire » liée à la pandémie du coronavirus (Covid-19). À trois mois du début du CHAN, les joueurs locaux n’ont toujours pas repris du service, alors que le bras de fer entre la Fecafoot et la LFPC sur l’application de la sentence du Tribunal arbitral du sport (TAS) se durcit. À la fédération, l’on affirme toutefois que le redémarrage des championnats professionnels est la priorité.

« Jusqu’à ce que la sentence du TAS intervienne, nous avions déjà quasiment bouclé les préparatifs de la nouvelle saison. Nous sommes conscients que le CHAN est devant nous et chaque jour nous en rapproche. La Fecafoot est prête à mettre à la disposition de la LFPC tout le dispositif préparatoire de la nouvelle saison. Nous attendons une preuve similaire de bonne foi de la part du président de la LFPC », affirme son président Seidou Mbomba Njoya.

De son côté, la LFPC reproche à la Fecafoot de vouloir garder la mainmise sur l’organisation du football professionnel, avec notamment la nomination contestée de Paul Mebizo’o comme secrétaire général de la Ligue. Ce, alors que la décision du TAS du 14 septembre rétablit la LFPC dans ses droits, « notamment ceux à l’organisation des championnats professionnels de football ».

P.N.N

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.