Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Transport interurbain : une vingtaine d’agences de voyages menacées de fermeture

Transport interurbain : une vingtaine d’agences de voyages menacées de fermeture

Paru le jeudi, 10 septembre 2020 05:58

Une vingtaine de compagnies de transport routier interurbain de voyageurs viennent d’être épinglées par le ministre des Transports (Mintrans), Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, pour absence d’agrément ou d’agrément arrivé à expiration. Dans un communiqué publié le 7 septembre 2020, le Mintrans accorde un délai d’un mois aux promoteurs desdites compagnies pour régulariser leur situation administrative. Ceux-ci ont donc jusqu’au 7 octobre prochain pour se conformer à la réglementation en vigueur.

« Faute de quoi, il sera procédé à la suspension de leurs licences de transport et, par conséquent, à la fermeture de leurs agences de voyages », peut-on lire dans le document signé du ministre délégué auprès du Mintrans, Njoya Zakariaou. Sur cette liste figurent des agences de voyages récalcitrantes (Trésor Voyages, Butrans, Global Express, etc.). Ces structures ont été sommées plus d’une fois de se mettre en règle, sous peine de sanctions. En mars 2019, 85 compagnies de transport avaient été suspendues pour une durée d’un mois et interdites d’activités jusqu’à la régularisation de leur situation administrative respective.

Il leur était reproché d’opérer dans la clandestinité. Ces agences avaient été démasquées à l’issue d’un audit réalisé sur l’étendue du territoire national par les services techniques du Mintrans. Au Cameroun, la procédure d’ouverture d’une agence nécessite que le requérant produise certaines pièces administratives exigées par la réglementation en vigueur, auxquels il joint sa licence de deuxième catégorie. Ledit dossier est déposé au ministère de tutelle pour étude. C’est au terme de celle-ci que le ministre peut lui délivrer l’autorisation d’ouverture provisoire, valable pour un an renouvelable.

Au cours de ce délai, le promoteur de l’agence de voyages est tenu d’installer, conformément aux normes requises, un terminal de transport routier interurbain de voyageurs. « Toutefois, le délai accordé pour l’installation dudit terminal peut, éventuellement, être prorogé une fois si, à l’échéance, les travaux y afférents et déjà engagés ont atteint un niveau de réalisation d’au moins 70%. Les agences contrevenantes sont suspendues jusqu’à la régularisation de leur situation administrative. Autrement dit, la régularisation d’une agence vaudra levée de sa suspension », expliquait alors Nkendong Mbamone Divine, le directeur des transports routiers, dans les colonnes du quotidien public Cameroon tribune.

P.N.N

Dernière modification le jeudi, 10 septembre 2020 06:00

● E-Arnaques


● Fact Cheking






Inscription à notre newsletter

Chaque semaine la newsletter StopBlaBlaCam


Please publish modules in offcanvas position.