Rumeurs, idées reçues, clichés, superstitions, légende : qui dit vrai ? qui dit faux ?
Cameroun : les cancers du sein et du col de l’utérus représentent plus de 50% des cancers chez les femmes

Cameroun : les cancers du sein et du col de l’utérus représentent plus de 50% des cancers chez les femmes

Paru le vendredi, 12 mars 2021 08:07

Entre technique de toucher, hygiène et vaccination, il existe plusieurs modes de prévention des cancers gynécologiques. Mais malgré tout cela, le nombre de nouveau cas continue d'inquiéter les experts de la santé alors que les populations y montrent peu d’intérêt.

En 2020, le Cameroun a enregistré 4170 nouveaux cas de cancer du sein et 2770 de cancer de col de l’utérus. Ces 2 maladies sont les formes de cancer les plus fréquentes chez les femmes avec sur la même année un taux de 34,1% pour le cancer du sein et 22,6% pour celui du col de l’utérus.

Ces statistiques de l’Agence internationale de la recherche du cancer, ont été citées par le Pr Jean Marie Kasia. Le directeur du Centre hospitalier de recherche et d’application en chirurgie endoscopique et reproduction humaine (CHRACERH), a qualifié cette situation d’inquiétante. « Il y a des raisons de s’inquiéter quand on voit l’agressivité de certains de ces cancers, surtout les cancers du sein. Il vaut mieux les dépister au stade précoce et bénéficier d’un traitement curatif qui permet de trouver la guérison » a déclaré le Pr Kasia dans les colonnes de Cameroon Tribune.

Le médecin a déclaré son inquiétude dans le cadre d’une campagne de dépistage gratuit des cancers gynécologiques en cours au CHRACERH. La campagne, qui se déroule tous les ans, a  débuté depuis mercredi pour une durée d’une semaine. Elle a déjà permis à plus de centaine de femme de connaitre leur statut.

Les cancers des femmes sont devenus un problème majeur de santé publique. Il existe des traitements efficaces mais souvent compromis par des dépistages tardifs. Pour les spécialistes, la prévention reste le meilleur moyen de vaincre la maladie. Surtout dans le contexte camerounais où les coûts des traitements ne sont pas à la portée de toutes les femmes. De plus, l’éloignement des centres spécialisés pour les femmes rurales est une préoccupation.

Le vaccin représente également un moyen efficace de prévention. Il faut souligner que les campagnes de vaccination relatives à ces maladies ont reçu un accueil peu favorable auprès des populations. Par ailleurs, toutes les bonnes pratiques d’hygiène peuvent également sauver des vies.  

En 2020, le cancer du sein a tué 2000 Camerounaises.

Vanessa Ngono Atangana

Dernière modification le vendredi, 12 mars 2021 08:20

● E-Arnaques


● Fact Cheking




 

Soumettez nous une rumeur à vérifier par nos équipes de journalistes

Please publish modules in offcanvas position.